Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Dans les grandes organisations, chacun affirme qu'il est de bon ton de partager, d'échanger et de mutualiser les bonnes pratiques, mais dans la réalité des faits c'est beaucoup plus difficile.

En effet, le travail en groupe et la vision collective exigent un effort de tous les acteurs afin d'accéder à une intelligence collective. Plusieurs travers sont repérables :

- le siège social explique comment il faut faire et écoute avant tout ses propres visées, cela a tendance à irriter les autres parties

- les entités font mine de collaborer mais ont déjà fort à faire avec leur quotidien et continuent à agir de la même façon, pour vivre heureux vivons caché dans notre périmètre

- les règles pour coopérer sont à construire ensemble, elles sont à inventer pas à pas et cela prend du temps alors même que l'activité se poursuit et que des problèmes pratiques se posent. Il faudrait conduire à toute vitesse et changer une roue en même temps.

- le coût en matière de temps de collaboration est immédiatement visible, alors que les bénéfices à en attendre sont plus lointains

- les habitudes dans les façons de faire sont ancrées dans de multiples procédures, documents internes, usages informels. En rompre une revient à bouleverser la chaine des causes et des effets et conduit à augmenter de l'incertitude, dont chacun cherche à se passer

- il y a encore la difficulté d'accepter une pratique étrangère à son écosystème, et si celle-ci était moins bonne que la mienne? D'ailleurs ma pratique est-elle reconnue à sa juste valeur? Suis je reconnu?

Il existe cependant des forces qui tendent à faciliter la coopération.

- tout d'abord l'envie de revoir ses pratiques et d'améliorer l'existant, de progresser

- ensuite le fait de travailler avec les autres, d'imaginer d'autres points de vue, de s'enrichir de la différence, de sortir parfois du sentiment d'être seul

- le respect professionnel qui fait grandir l'altérité, l'empathie, qui doit s'exprimer à chacun

- la coaction est ce processus par lequel chacun contribue à une même tâche et s'aperçoit de ce que peuvent apporter les autres. Elle renforce le sentiment d'appartenance et l'envie de faire ensemble. C'est un surcroit de plaisir quand l’œuvre commune est de qualité. "Nous l'avons fait ensemble".

- la vision claire des gains à attendre de l'investissement à consentir doit être perceptible

Il est enfin possible de se dire que de créer ensemble un projet apporte du liant social et aide chaque acteur à se sentir au mieux dans sa mission. Mais, cela ne se réalisera qu'à la condition que les forces décrites l'emportent sur les freins repérés, dont certains sont peut être inhérents à une culture parfois trop individualiste?

Dans le dossier joint il s'agit de mutualiser les pratiques pédagogiques, au profit de l'intérêt général.

Mutualiser les pratiques pédagogiques

Commenter cet article

Chloé 25/04/2014 09:28

Merci !

Chloé 26/04/2014 16:28

Ce sera avec plaisir .

cristol 25/04/2014 10:53

Bonjour,

Je serai heureux d'avoir votre avis sur ce site que je viens de créer
http://apprendreautrement.weebly.com/#/
Si vous avez des idées pour le faire évoluer, ou le co-animer je suis preneur

Bien à vous

Denis