Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Rabindranath Tagore est Bengali. Il a vécu de 1861 à 1941. C’est un homme de lettre, mieux il a reçu le prix Nobel de littérature en 1913 et ses œuvres ont été portées à l’écran par le cinéaste Satyajit Ray. L’ouvrage présenté est un projet éditorial qui valorise une sélection d’essais parmi les plus marquants du poète. Ce qui traverse l’œuvre de cet auteur prolifique c’est son amour de l’Inde à un moment de lutte pour l’indépendance, mais aussi son goût pour le dialogue interculturel. Rabindranath Tagore a voyagé dans plus de 30 pays rencontré des personnalités éminentes et cherché les clés pour contribuer à la naissance d’un état Indien moderne et sûr de ses assises propres. En cela il est un véritable passeur entre les cultures européennes, en particulier anglaise, et indienne. Ces essais et discours se situent à l’époque de la colonisation anglaise. Ils portent une vision du devenir de l’Inde, et proposent un véritable système philosophique mariant la tradition et la modernité. Il admire les bienfaits des technologies mises au profit de tous grâce à un esprit de coopération qu’il s’agit de faire grandir. L’œuvre de Rabindranath Tagore est faite de plus que de poèmes et de romans, Rabindranath Tagore, est issu des plus hautes castes Indiennes. Il s’est intéressé aux plus défavorisés et a créé une école à leur attention. Ce faisant, il a relevé tout l’écart entre les savoirs importés d’Angleterre, savoir hors-sol ne procurant finalement que peu de bien être aux masses indiennes et des savoirs incarnés dans des personnes liés à des contextes. Ses écrits pédagogiques notent l’importance des liens entre l’école et la vie dont elle ne doit jamais se couper. Il est sensible aux ambiances, aux atmosphères qui imprègnent les actes d’enseigner et d’apprendre. « Ainsi que les arbres, le subconscient des enfants tire sa nourriture de l’atmosphère environnante », dit-il pour montrer tout le rôle de ce qui ne se voit pas mais a une telle importance. Sa sensibilité à la beauté, à l’harmonie aux mouvements donne une force particulière au lien à la nature. Pour lui l’éducation joue autre chose que la fonction d’hôpital qui vient nous soigner de notre ignorance mais elle participe de l’aventure de la vie, elle est fonction normale de la santé, « l’expression naturelle de la vitalité de l’esprit ». Malgré le décalage d’époque et de culture, pour un lecteur occidental, on aura profit à lire les propos d’un pédagogue aussi pénétrant, qui nous donne à voir la force de la liberté d’apprendre et son lien au contexte qui plus est dans une langue aussi belle et imagée et ce malgré la traduction.

Commenter cet article