Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Apprendre à écouter l'autre pour mieux diriger

Dans l’ouvrage « Humaniser la formation des dirigeants : vers un leadership démocratique », je pars du réel, de l’existant. Je constate que les formes éducatives en vigueur ne répondent plus à la complexité du monde. Les dirigeants ne savent plus si bien diriger puisque les solutions qu’ils proposent rencontrent des oppositions grandissantes et qu’ils disposent de marge de manœuvres réduites. Les réformes se font mal et provoquent des contestations massives, avec parfois des conséquences funestes. Il en résulte un sentiment de crise de la part des commentateurs. Ce mot, utilisé quotidiennement depuis plus de 50 ans dans tous les médias traduit mal ce que nous vivons et qui tient plus d’une transformation du monde et des relations sociales. Les ajustements entre les personnes, ce que d’aucuns appellent le « contrat social » est en cours de renégociation. Dans cette renégociation, tous les atouts sont utilisés par les corporations et intérêts en place pour conserver leur rente de situation. Le passé a montré une tendance mortifère dans la résolution des conflits et des différents. Aujourd’hui, plus que jamais alors que les derniers témoins ayant connu l’horreur des guerres disparaissent un à un, sous l’effet de renouvellement des générations, il est nécessaire de revenir une fois encore à un apprentissage du vivre ensemble. Les témoins et leur désir de paix n’étant plus là, c’est à nous de prendre conscience de l’importance du dialogue et de l’altérité. Si la violence a globalement diminué sur les dernières cinquante années sur la planète, des foyers demeurent. Trop souvent le conflit est considéré comme la solution plutôt que comme le problème. L’urgence actuelle est l’édification de pratiques et de comportements plus collaboratifs entre les hommes, les organisations les pays. La transformation de systèmes éducatifs est prioritaire. La tendance est encore trop fortement d’édifier le classement et la compétition en modèle dès le plus jeune âge. L’édification d’un leadership démocratique passe par une autre approche de l’enseignement faisant une place plus large à l’apprentissage les uns avec les autres et non les uns contre les autres. Préparer un leadership démocratique qui se place au service de l’intérêt général, plutôt qu’au seul service de soi engage une remise en question des façons d’enseigner et d’apprendre. Cette remise en question est impulsée par des initiatives individuelles qui ne se satisfont plus des tergiversations des gouvernements sur la question de l’environnement, des inégalités, des injustices et des libertés fondamentales. Cette transformation passera par un surplus de qualité relationnelle entre les hommes. La pédagogie a un rôle à jouer pour aider à sortir du sentiment de blocage actuel. La première chose à apprendre c’est d’écouter l’autre. Ceci n’est pas un acquis, il n’y a plus d’implicite partagé d’obéissance à un ordre donné. S’il n’y a pas d’attention à la parole de l’autre, la transmission est vaine. Tout est à construire. Cette construction nécessite un repositionnement dans les critères de jugement des dirigeants. C’est l’ambition portée par l’humanisation de la formation des dirigeants.

Commenter cet article