Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

L’expérience de l’accompagnement

Au cours des deux dernières années, le CEFRIO a accompagné la mise en place d’une vingtaine de communautés d’apprentissage en ligne. Cet organisme québécois d’appui à la transition numérique partage les facteurs clés de succès de telles communautés dans un guide : Travailler apprendre et collaborer en réseau.

Par exemple, il a accompagné des communautés aussi diverses que :

  • Des communautés de gestionnaires d’un ensemble de ministère apprenant à maîtriser un nouveau logiciel de gestion des ressources humaines
  • Des éco-conseillers se retrouvant dispersés sur des chantiers forestiers après leur formation initiale
  • Des nutritionnistes et professionnels de la santé
  • Etc.

Le succès d’une communauté

Le CEFRIO place au cœur de ses approches les bénéficiaires eux-mêmes, sinon, les communautés sont vécues comme des tâches qui s’ajoutent et sont vécues comme des surcharges de travail.

Les conditions de succès que le CEFRIO a relevé sont les suivantes :

  • Répondre à des enjeux communs des membres
  • Retirer un bénéfice rapide
  • Se centrer sur des objectifs opérationnels
  • Améliorer la performance au quotidien

Pour lancer avec succès une communauté, il est possible de profiter de l’énergie d’un groupe créée par une formation initiale dont l’offre de contact ultérieur au sein d’un réseau en ligne sera une poursuite. L’animation est un point clé. Au départ il est important d’investir du temps sur un objectif clair et de répondre aux besoins des membres. Créer une dynamique part aussi du repérage de personnalités ouvertes à la collaboration. Ce petit noyau dur constitué de personnalités ouvertes au partage donne une forme d’exemple aux autres membres. Il s’agit petit à petit de faire évoluer la culture professionnelle pour montrer que le partage fait pleinement partie d’un rôle professionnel. Une sensibilisation et un encouragement constant du management ou des animateurs est hautement souhaitable.

Les difficultés auxquelles faire face

Des difficultés peuvent se présentent lorsque « l’écran fait écran », c’est-à-dire lorsque la technologie trop ou pas assez sophistiquée gêne les échanges. Si la technologie est un irritant, cela décourage les membres de participer. Mieux vaut choisir des outils simples et de faciliter authentification et connexion. Il est important de toujours revenir aux bénéfices des utilisateurs. La question de la propriété intellectuelle et des contenus déposés peut aussi constituer une difficulté. La perte de contrôle de son savoir peut inquiéter, surtout lorsque les conditions économiques sont peu prévisibles. Mais, il y a aussi l’idée du professionnel qui pense que le dépôt de contenus conçus sur-mesure soit inutile ou incompréhensible pour les autres. La peur de perdre le sens de sa valeur ajoutée est aussi répandue.

La forme des accompagnements

Les accompagnements peuvent se dérouler sur 12 à 18 mois, après un temps de 6 mois de préparation. Ce temps est utilisé pour créer des liens de toutes sortes au sein des organisations, choisir la technologie, former les animateurs, créer un comité fondateur, mener des expérimentations. La création de la communauté équilibre des temps de face à face et des temps à distance. Une variété d’activités est proposée. Il est important de se voir et de créer de la chaleur dans les rencontres. Il est aussi important de créer des sous-groupes qui vont s’emparer de questions d’intérêts partagés. Des documents peuvent être partagés, d’autres restent privés. Le Wiki est un outil dans lequel les animateurs peuvent verser des discussions.

L’accompagnement passe aussi par la rédaction de « règles de vie » de la communauté. Il s’agit d’une charte de collaboration qui spécifie objectifs et engagement réciproques des membres. Cette charte doit permettre à chacun de ne pas se sentir menacé. Un temps de rédaction en commun peut faire naître la confiance. Le consensus permet de dire ce qui se divulgue et ce qui demeure privé.

Un animateur est indispensable. Selon la taille et l’ambition de la communauté, un jour par semaine est un minimum.

L’animation de la communauté

La communauté doit être constamment animée. Pour cela il est possible de créer des classes virtuelles, de proposer des e-formations, d’utiliser tweeter (même si les effets et apports sont encore mal mesurés). Mais même en mode virtuel, il est important de laisser de l’informel et recréer un effet « machine à café ». A chaque fois, il est important de créer des formules hybrides.

Le passage d’une diffusion à une co-construction de savoir ensemble est une étape qui marque la progression de la communauté.

Le secret du succès des communautés d’apprentissage en ligne qui marchentLe secret du succès des communautés d’apprentissage en ligne qui marchent

Commenter cet article