Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Introduction

Mise au point par une équipe de neurobiologistes canadiens, parmi lesquels Barows, entre 1965 et 1969, la méthode de l’apprentissage par problème (APP) optimise la mémorisation et permet la transformation des personnes à travers leurs représentations et leurs croyances, donc la conduite du changement. Après s'être développée dans la formation universitaire des médecins au Canada et aux Etats-Unis, la méthode s'est étendue ensuite dans de nombreuses écoles, universités et entreprises de différents pays. Etudiants, ingénieurs, managers, médecins, consultants, paysagistes, biologistes, enseignants… ont été formés ou apprennent à travers cette méthode. Elle est aussi répertoriée sous le nom de Team–Based-Learning ou Problem Base Learning.

L’apprentissage par problème (APP) appartient aux pédagogies qui engagent chacun dans l’action. Il ne s'agit pas seulement d'apprendre du maître, mais de se mettre en mouvement et de relever des défis en équipes. La façon d'apprendre en groupe, les allers et retours entre recherche individuelle et investigation en équipe participent à la façon d'apprendre à se comporter face à l'apprentissage individuellement mais surtout et aussi collectivement. Mais il s'agit de bien comprendre qu'il y a une différence entre la résolution d'un problème ponctuel et la réalisation de tout un programme sur le format des APP. Les APP prennent toute leur mesure dans des dispositifs

L’exemple de l’EXIA

L’EXIA est une école Française préparant aux métiers de l’informatique. Elle appartenant au groupe CESI. Elle développe une pédagogie basée sur l'apprentissage par problème reposant sur 4 piliers :

  • Fonctionnement comme une entreprise
  • Pédagogies actives (résolutions de problèmes)
  • Développement de compétences plutôt que de connaissance
  • Projet professionnel

L’EXIA a été montée avec l’appui de l’UQAM et de son Vice-recteur à la recherche et à la création, Yves Mauffette qui l'avait déjà mis en œuvre sur un baccalauréat en biologie. Cette école a commencé par comprendre la façon de penser et d'agir d'un informaticien dans son écosystème à partir d'une analyse du mindset d'un informaticien. Puis elle a organisé des séminaires de formation pour les tuteurs, nouveau nom donné aux enseignants pour signifier le changement de rôle attendu.

Une séance d'APP obéit aux étapes suivantes

  1. Découverte individuelle ou d’un texte présentant une situation, à partir de là recherche du vocabulaire spécifique
  2. Transformation des concepts repérés en objectifs d’apprentissage
  3. Émission d’hypothèses sur les objectifs d’apprentissage repérés
  4. Recherche des réponses individuellement
  5. Retour sur la situation problème en grand groupe, précision du vocabulaire et redéfinition des objectifs d’apprentissage

Sous la forme d'un dispositif complet, deux situations problèmes par semaine (nommées Prosit) sont proposés aux apprenants. Le prosit aller donne la situation à analyser, le prosit retour est une analyse des acquis en groupe avec le tuteur.

Le rôle du tuteur est de créer des situations problèmes de difficulté croissante, tout au long de la durée de l'apprentissage. Plus le temps avance plus les situations intègrent des concepts complexes.

Plus le groupe avance dans l'apprentissage, plus des conférences ou apports théoriques experts sont réalisés.

L'apprentissage par problème à l'heure numérique

Pour Yves Mauffette, l'innovation majeure à venir réside dans les environnements numériques d'apprentissage. Cela devrait impacter le format d'apprentissage par problème. Une des forces de l'apprentissage par problème est de coller aux contextes réels de travail, or aujourd'hui le contexte est numérique. Ceci indique le passage du travail en équipe en face à face à des équipes à distance. Le cheminement hybride est donc en cours d'invention.

Ce qui va être gagné par le passage au numérique :

- une maîtrise des interventions vidéos

- une maîtrise des formes d'interactions en ligne

- une maîtrise de la communication écrite en ligne (chat, forum)

- une attention soutenue dans les interactions à distance

- une capacité de gestion des équipements

- une lecture plus efficiente de la lecture sur écran

- une acceptabilité de la réalisation d'interaction à distance

Ce qui pourrait être perdu :

- une tolérance à la présence de l'autre

- une qualité de relation de face à face ou approche comportementale de proximité

Une telle réforme pédagogique va reposer la question du tuteur dont le rôle est d'aider les groupes dans l'appropriation du processus, lors de la transmission des prosits et de leur retour.

Les protocoles de travail en équipe vont aussi se transformer, avec des micro-équipes de 4 à 6 personnes, plutôt que 10 à 12 actuellement, car il s'agira d'utiliser pleinement les webcams.

Conclusion

Dans le cas de l'EXIA, l'approche a permis une révolution pédagogique dans la création de nouveaux profils d’informaticiens, moins centrés sur la maîtrise technique et le code mais plus sur l’écoute de la demande de leurs usagers. Par le travail constant en groupe, l’apprentissage par problème développe des compétences sociales, de l’autonomie et de l’engagement dans l’action. Elle nécessite une révision des rôles et postures des enseignants et des apprenants.

L'apprentissage par problème ouvre également sur des capacités à : animer une réunion un groupe de travail, communiquer efficacement, convaincre, écouter les autres, les respecter et les comprendre, adapter son comportement à l’autre, animer une équipe, pluriculturelle le cas échéant, et la motiver, chercher efficacement l’information, l’évaluer et la traiter, avoir un esprit critique et de la créativité.

Allez plus loin : ICI

Les bénéfices sociaux de l'apprentissage par problème
Les bénéfices sociaux de l'apprentissage par problème

Commenter cet article