Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Introduction

Les communautés d'apprentissage se développent pour répondre à des besoins de se lier, de se connecter les uns aux autres, de partager des informations, de co-élaborer des savoirs, de faire circuler de l'énergie et de construire de l'engagement. Mais les façons d'animer sont variables et procèdent de pratiques différentes, selon que l'intention est de produire une performance, de construire une vitalité collective ou bien encore de partager le pouvoir d'agir. Dans ces trois cas, il s'agit de s'éloigner de la vision d'un animateur solitaire qui dominerait entièrement la situation et la communauté. Ainsi, je distinguerai 3 façons de s'y prendre dans l'animation de communautés d'apprentissage :

1) Le management de la communauté

Le "management de la communauté" renvoie à l'idée du management, à la fois technique sociale d'organisation et de constitution d'une dynamique collective au service d'une performance à atteindre et technique d'amélioration continue. Le management s'appuie sur des outils de gestion, par exemple de marketing, procède d'une volonté de contrôle, de mesure, d'efficacité. La figure emblématique de l'animation est un "community manager". Celui-ci puise aux outils et techniques d'animation et d'organisation pour atteindre une finalité. Lorsque la communauté se déploie en ligne, il dispose d'outils numériques pour scruter et analyser les comportements des membres. Il cherche à les orienter. Sa mission peut alors être de peupler la communauté, de la faire grossir et d'obtenir des productions pour satisfaire la finalité d'apprentissage. La communauté est perçue moins comme entité en soi disposant de sa dynamique sociale propre, que comme potentialité de répondre à des finalités productives. Elle est jugée efficiente et valable quand de nombreux participants collaborent, utilisent et produisent des ressources. Les communautés en ligne sont évaluées sur le nombre de clic ou la fréquentation d'un site. Dans cette configuration et ces perspectives, l'accent est placé sur l'animateur, sa maîtrise des outils et les statistiques qui montrent que la communauté est efficace. La communauté est un instrument au service de finalité qui peuvent lui échapper.

2) La vitalisation de la communauté

La vitalisation de la communauté part d'une autre perspective que le seul management et la gestion de contenu ou de savoir. L'effectif et les résultats sont moins l'objectif premier que la capacité de ses membres à se doter de leur propres processus de régulation. La qualité d'une communauté vitalisée dépend plus de la capacité de la communauté de se doter de sa propre intention, de délimiter sa propre organisation et ses propres règles que de suivre les indications et intentions d'un seul. La vitalisation de la communauté est un processus de construction d'un langage et de repères communs au bénéfice de tous et pas forcément de l'institution qui abrite la dite communauté. Il y a dans l'intention une visée d'émancipation collective, de réponse à des potentialités plutôt qu'à des problèmes. L'agentivité collective qui se met en place passe par une animation qui se centre moins sur un résultat tangible que sur la fonction sociale que joue le collectif. La communauté se définit par sa générosité, ses dons et pas pour ses penchants pour les récompenses. La vitalisation de la communauté passe par le sentiment qu'un futur désirable est possible à plusieurs. Pour cela l'animation :

- développe l'idée qu'il faut prendre soin, les uns des autres et qu'il faut être très attentif à ce qui rassemble

- favorise la vie associative et la convivialité

- crée des appartenances fortes

Dans cette dynamique, la communauté est une conversation qui évolue et transforme. Chaque moment qui rassemble est un modèle du futur possible qui dit ce qui fait la communauté et en quoi elle se transforme. Raconter l'histoire de la communauté la fait advenir.

3) L'établissement d'un leadership partagé

Le leadership partagé part du constat que la figure héroïque du leader entraineur d'un collectif est une romance persistante mais fausse. La communauté est bien plus que la relation d'un groupe à un leader, fut il un animateur talentueux doué de caractéristiques singulières (la littérature spécialisée sur le leadership en dénombre plus de 230 possibles). Le leadership partagé va au-delà d'un "community manager" talentueux, qui entraine et montre la voie c'est l'installation et la reconnaissance de modèle d'échange de tous vers tous plutôt que de un vers tous. Ce leadership partagé est actuellement favorisé par les outils en ligne. Dans cette perspective valorisant les actes de leadership, chaque membre participe de l'animation de la communauté en fonction de ses besoins, ses projets et ses envies. L'animation de la communauté consiste alors à reconnaître les "actes de leadership", les membres qui les portent, et de valoriser leurs contributions. L'animateur est au service du collectif et du leadership de ce collectif. Il en facilite l'expression en suivant les inclinations et initiatives émanant du collectif. Il s'inscrit dans la volonté de favoriser le pouvoir d'agir de chacun et de tous pour la communauté. Il renforce ce faisant le pouvoir de s'autoformer et de se coformer. Il participe la encore d'une finalité d'émancipation qui est un puissant motivateur pour engager un projet d'apprentissage.

Conclusion

Les trois dynamiques d'animation présentées se mélangent dans la réalité des communautés physique ou en ligne observées. Selon la façon dont les communautés naissent spontanément ou pour répondre à des enjeux institutionnels, les dynamiques enclenchées ne sont pas les mêmes. Les profils d'animateurs non plus. Les animateurs de communautés d'apprentissage gagnent à se souvenir que si la littérature est essentiellement portée par la dynamique marketing qui cherche à promouvoir des moyens de vendre à des communautés de clients, cette littérature est insuffisante car elle n'intègre pas le rapport au savoir. Calquer les attitudes et comportements d'un expert du tracking de données aux situations d'apprentissage fait de l'apprenant un consommateur d'information et de savoir. Il ne saurait se limiter à ce rôle. Mobiliser les ressorts du récit du futur qui se dessine ensemble nécessite l'animation de dialogue et d'espace d'échange. Ces forums d'apprentissage sont essentiels pour créer du sens partagé du désir de faire advenir du futur et in fine d'apprendre. L'établissement d'un leadership partagé est enfin la situation dans laquelle chacun a l'opportunité d'agir pour la communauté et peut se saisir de cette opportunité pour apprendre. Le leadership partagé renforce l'envie de s'engager par la co-action, cette situation où chacun participant au même rythme que les autres se sent portée par une volonté plus forte.

Les trois façons d'animer une communauté d'apprentissage
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article