Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

J'associe étroitement travailler et apprendre. La chance que j'ai c'est d'exercer dans une organisation qui promeut le réseau et l'esprit collaboratif. Apprendre ensemble prend différents visages selon les collectifs auxquels je participe.. Je vais en donner l'illustration à travers plusieurs exemples.

Au sein d'un collectif de chef de projets nationaux, nous agissons et œuvrons de concert pour mener à bien une œuvre qui tient à cœur à chacun. Le projet a débuté il y a plus de 4 ans. Il s'agissait de promouvoir les approches pédagogiques des grandes causes de notre établissement (développement durable, risques/ressources psychosociales, lutte contre les discriminations, accueil des handicapés, égalité hommes-femmes. L'ambition qui réunit tous les chefs de projets leur donne l'énergie d'assumer la charge de travail. Petit à petit les chefs de projet, ont constitué une communauté professionnelle soudée par des valeurs, des rencontres annuelles, par le sentiment que l'investissement est utile au-delà d'un petit périmètre. Les événements pédagogiques, explorations innovantes, visites et échanges avec des personnalités leur donnent une place à part dans l'institution. Une place d'explorateur valorisant la prise de risque et les incertitudes. Ce groupe de pionniers et leurs équipes s'entrainent mutuellement et proposent de nouvelles pratiques. Cette communauté de valeurs, d'émotions, joue sur l'organisation comme une bulle contaminante. L'apprentissage, l'envie de diversifier les pratiques touche toutes les parties de l'institution.

Une communauté de plus de 500 coopérateurs pédagogiques s'est constituée en 2 ans. Il s'agit d'une communauté humaine et d'un réseau d'échanges et de ressources en ligne. La communauté comprend un noyau dur d'une cinquantaine de participants très actifs. La communauté se réunit régulièrement pour construire ses règles, bâtir ses activités. Les forums, webinaires, newsletter, webradio, rencontres physiques, boîtes à outils et ressources mises à disposition démultiplient les opportunités d'échange. L'engagement dans les activités proposées est libre. Cet engagement se combine avec les activités du quotidien. La coopérative pédagogique est un point de repère une ressource, pour tous ceux qui souhaitent tester, innover, diversifier leurs pratiques pédagogiques. Les coopérateurs les plus actifs sont un levier de diffusion des pratiques qu'ils conçoivent et qu'ils apportent. Par ce qu'ils amènent et proposent aux autres, ils construisent de façon empirique leur culture pédagogique partagée. Cette culture est une approche collaborative de l'apprentissage.

La troisième communauté est celle des directeurs de formation. Il s'agit d'un réseau professionnel institutionnel réunissant des pairs très expérimentés. Le réseau se réunit 5 fosi par an en séminaire pour partager la vision stratégique, les enjeux opérationnels rencontrés. Petit à petit le réseau est devenu une communauté apprenante par la qualité relationnelle distillée, le souci et le respect de la parole de chacun quelque soit son statut. des temps conviviaux marquent les temps forts comme les départs ou arrivées de nouveaux membres. Un départ en retraite et voilà la communauté en cercle pour écouter le testament pédagogique du partant. La parole est libre. Les comptes sont mis en ordre à cette occasion de façon bienveillante. L'un est gravement malade, tous s'en inquiètent et quand la communauté se réunit pour tester le pouvoir formateur d'un nouvel espace pédagogique, l'émotion est palpable quand l'absent est présent virtuellement par la manipulation d'un robot à distance de chez lui. Chacun se sent concerné par l'autre et sait que la réciproque est vraie. Ce sentiment d'interdépendance et d'unité se forge aussi dans les temps informels ou le groupe des directeurs organise ses propres réunions de co-développement pour échanger sur leurs situations et les moyens de les dépasser. Les participants à ces groupes sont volontaires et travaillent ensemble sur leurs enjeux professionnels et les contradictions managériales qui font partie de leur quotidien.

Les trois communautés sont à mes yeux liées à des objets de travail et des dynamiques différentes : des projets, des pratiques pédagogiques ou des pratiques managériales. Elles ont toutes en commun d'être des communautés restauratrices plutôt que des communautés rétributrices dont la participation apporte une rétribution. Leurs moteurs est la création de liens humains entre les membres. Le bénéfice est fait du don que chacun apporte. Ces collectifs consacrent du temps à se générer, à se créer une culture des modalités pour inter-agir, se reconnaître. Les repères qui s'installent se renforcent d'autant que les éléments constitutifs des collectifs, le style d'animation est commun. Les membres des collectifs peuvent participer aux autres et avoir plusieurs appartenances. . Il en découle un renforcement réciproque d'une culture positive qui mise sur la responsabilité et l'engagement volontaire de chacun. Cette culture se met en place à chaque fois que les membres ont le sentiment qu'ils tirent profit des échanges, qu'ils apprennent et augmentent leur pouvoir d'agir au quotidien. Les tâches, le travail concret de chacun est la toile sur laquelle s'applique le ressenti et les registres relationnels testés par la fréquentation de ces communautés. Articulées entre elles les valeurs, pratiques, croyances, activités de ces communautés pourraient bien posséder un pouvoir transformateur de toute l'organisation.

Apprendre ensemble au sein de communautés

Commenter cet article