Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Les sciences de gestion et leurs théories de l’organisation, de la décision, de l’activité nous brossent le portrait d’un homme rationnel concentré sur ses intérêts, cherchant à maximiser son profit. Le manager idéal maîtrisant les techniques et les outils, mesurant, contrôlant, allant de l’avant sans affects ni émotions. Et si tout cela était construit sur des idées fausses, incomplètes, simplistes ? Laurent Taskin et Matthieu de Nanteuil professeurs à l’université catholique de Louvain viennent jeter un pavé dans la marre du consensuel monde académique de la gestion. Loin de propos caricaturaux, ou désinvoltes ils viennent porter la contradiction de l’intérieur même d’un système de diffusion d’idées toutes faites. Leur ouvrage s’applique à fonder la critique en management, à un moment ou les débords, crises, ruptures montrent les limites d’une visée monodisciplinaire, théorique, crispée sur la publication d’articles de recherche, plutôt que sur la recherche elle-même. L’ouvrage propose de nouveaux cadres d’analyse en partant de la théorie des conventions comme moyen d’une analyse objective et critique. Il pointe en particulier les insuffisances de la théorie économique néoclassique au regard des complexistés sociales et collectives actuelles. Il préconise le développement d’une approche critique du management au bénéfice de la société. Après avoir posé les fondements de son objet d’étude, l’ouvrage s’interroge sur la façon de pratiquer la critique en management. Il questionne la vision de la gestion du changement et montre comment la linéarité, l’univocité dans la gestion du changement conduit à une impasse. Il en découle une nécessité de poser de nouvelles exigences épistémologiques plus en phase avec la modernité actuelle. La perspective rationaliste étant dépassée, il s’agit d’affirmer plus fortement le besoin de régulation sociale, et d’observer l’implantation de nouvelles pratiques critiques comme par exemple le coaching. L’entrepreneur reste–il un héros des temps modernes ou bien est-il conduit à évoluer dans ses pratiques, intégrant une visée sociale plus forte ? Pour finir leur ouvrage les auteurs s’interrogent sur l’enseignement critique du management et de la gestion, mais aussi de l’évolution de la recherche. L’ouvrage est particulièrement étayé et pose les bases d’un programme d’actions qui conduit à penser le management en tant qu’acte politique. A suivre les conseils des auteurs il s’agirait de réformer tant les méthodes de recherche que les programmes de gestion actuellement dépassés par les transformations à l’oeuvre, et ce dans le but d’aller vers un monde plus juste.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article