Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Il y a une multitude d’ouvrages sur le management, le plus souvent orientés vers des recettes. Cet état désespère les lecteurs avertis à qui l’on ressasse toujours et encore les mêmes idées, alors quand vient un livre qui offre quelque consistance intellectuelle, il ne faut pas bouder notre plaisir même lorsque la langue choisie l’est parfois un peu trop. Robert Damien rugbyman et professeur de philosophie politique propose dans un imposant opus de 558 pages de dresser l’éloge de l’autorité. A y regarder de près c’est un bel effort car il y a peu d’ouvrages sur la question (On se souvient du fameux livre d’Hannah Arendt surla crise de la culture). L’auteur signifie d’ailleurs qu’il s’agit avant tout d’un livre de questions, philosophiquement dangereuses et politiquement inquiétantes. Pour mener à bien son entreprise, il puise dans les auteurs les plus anciens en particulier Socrate et Aristote mais aussi plus récent comme Montaigne ou Machiavel. Le regard distancié du philosophe qui confronte des idées antiques avec notre modernité produit un effet de décalage qui nous offre un espace pour penser nos propres liens. Même si ce décalage s’avère parfois difficile tant les idées et les réseaux antiques paraissent parfois difficiles à suivre. L’autorité serait cette façon d’être obéit sans avoir besoin de commander. Elle suppose donc une alliance entre celui qui dirige et celui qui est dirigé. Pour expliquer cette alchimie, l’auteur propose 4 réquisits de l’autorité (sociabilité dialogique du conseil, l’est/éthique du redressement, le rationalisme stratégique de l’action le corps conducteur d’une résistance). Parfois, il déboulonne la statue du commandeur, parfois il l’encense. Il décrit les matrices de l’autorité : la confiance, la croissance ou la croyance. Il produit un développement sur l’autorité démocratique, ce qu’il désigne aussi (son expérience rugbystique est présente), la fraternité et l’esprit d’équipe. Il expose alors ce passage du JE au NOUS, et les rituels qui l’accompagne. Il s’attarde enfin sur les artifices de la rhétorique, les effets de l’éloquence et la voix de l’autorité. La dernière partie de son ouvrage traite de l’irréductible conflictualité et de la question de l’impossible démocratie. Il s’intéresse alors au rôle du conflit, aux urgences écologiques actuelles. Il évoque enfin la question du charisme. Un ouvrage à lire pour tous ceux qui veulent aller au-delà des idées simples et rapidement accessibles, pour tous ceux qui cherchent à comprendre les dynamiques d’un phénomène complexe qui nous rappelle en permanence la place de la tradition et des usages au moment où des velléités de s’en détacher n’ont jamais été aussi fortes.

Commenter cet article

MANCEAU 04/09/2015 15:31

pour avoir rencontré en phase exploratoire d'une réflexion engagée sur la formation au management pour des équipes de Direction générale et pour avoir lu cet ouvrage ,j'ai trouvé cet auteur particulièrement passionnant et décapant dans sa façon d'apporter à la fois des problématiques théoriques précises et bienvenues ,mais aussi des exigences éthiques et méthodologiques pertinentes. Pour un abord plus aisé ,voir sa conférence sur le site de l'Université des compétences

CRISTOL 04/09/2015 19:57

J'ai fait mieux je l'ai écouté en conférence !

Merci du conseil