Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Voici un excellent texte de Cécile Colomby Manhes que je veux absolument partagé tellement la leçon est précieuse

Depuis bien longtemps le rat de laboratoire subit pour d’excellentes raisons toutes sortes de traitements parfois jusqu’à l’outrage pour faire avancer la connaissance scientifique. Au-delà du fait que le rat de laboratoire n’a guère de moyens pour dire son désaccord, la question peut se poser du vécu et du ressenti qui peuvent être les siens. Une équipe de scientifique s’est attelée à cette tâche…

Une équipe japonaise s’est fondée sur une hypothèse : savoir si les rats, dont il est déjà connu et démontré qu'ils peuvent ressentir de l'empathie, peuvent développer cette empathie jusqu'à manifester des comportements « pro sociaux ». Apporter de l’aide à l’autre, sans chercher un bénéfice ou être motivé par une récompense. Pour tester cette hypothèse, les chercheurs ont donc développé un dispositif qui, observé à partir d’une perspective anthropomorphique, ne manque pas de sadisme. Ainsi, ils ont créé une cage avec deux compartiments transparents : dans un premier, ils ont mis de l'eau à un niveau assez élevé, et rien dans l'autre, alors totalement sec. Entre les deux, une petite trappe qui s'ouvre grâce à un mécanisme à actionner. Un mécanisme de passage (tout ce qu’il y a de) classique pour les rats de laboratoire… Ils ont ensuite plongé un rat dans le compartiment inondé – en situation d’être au bord de la noyade à tout instant - et un autre rat dans le compartiment resté sec. Ils ont rapidement constaté que le rat au sec va spontanément venir en aide à son congénère qui risque la noyade. Il va pour ce faire apprendre, plus ou moins rapidement, à se servir du mécanisme d'ouverture de la trappe, et ce, sans qu’aucune récompense ne soit donnée. Prolongeant l’expérience, les chercheurs vont intervertir les rats ; le rat qui a déjà été en danger de noyade va aider beaucoup plus rapidement son camarade qu'un rat qui n'a jamais été plongé dans le compartiment inondé. Au terme de cette expérience, une question restait ouverte pour valider l’hypothèse d’une empathie : est-ce que le rat « sauveteur » va au secours de son camarade parce qu'il ressent le danger ou simplement parce qu'il cherche un compagnon de jeu ; parce qu’il s’ennuie dans son compartiment bien qu’à l’abri du danger ? Pour trancher cette question, les chercheurs ont donc créé une cage à trois compartiments. Deux compartiments secs et le troisième inondé. Dans ce dispositif, le rat « sauveteur » va bien aider le rat dans la cage inondée ; il ne va pas rejoindre tranquillement son congénère qui lui est bien au sec, à l’abri du danger. Pour cette équipe, toutes ces observations viennent soutenir l'hypothèse d'une empathie associée à une forme de conscience de la détresse ressentie par un congénère en danger. Le comble serait que le rat nous interpelle sur nos actes à l’heure d’exodes massifs de ceux qui cherchent à sauver ce qu’ils ont de plus précieux, leur vie…

Les émotions animales : une leçon pour l'homme?

Commenter cet article

Tiertant 09/09/2015 11:50

L'expérience avec des rats décrite par Laborit dans "Mon oncle d'Amérique" de Resnais est aussi un modèle du genre. Par contre son issue et les conclusions sont moins heureuses...

cristol 09/09/2015 14:32

L'expérience doit être décrite dans le livre intitulé "L'éloge de la fuite"