Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

On regarde souvent outre-océan pour dénicher des personnalités ou des idées hors normes. Parfois, il suffit d'être un plus attentif à ce qui se passe près de chez soi.

J'ai eu le plaisir de partager une séance avec Christophe Batier, président du consortium Claroline Connect, c'est à la fois plaisant et pétillant. Christophe est passionné de e-formation. Il croise avec dextérité toutes les données connues sur le sujet de la e-formation et vous secoue les neurones sans ménagements avec vivacité.

Aucun nouveau format ne lui échappe. Tout ce qu'internet compte de trésor attire sa vigilance. LMS, MOOC, SPOC, COOC, tutoriel d'auto-formation, groupe, communauté, réseau, tout l'intéresse. Non content de prendre plaisir à bousculer les repères de la e-formation "classique", le voilà désormais qui s'intéresse aux robots éducatifs.

Il faut l'écouter parler de ses petits qu'il a placé dans une variété de laboratoire un peu partout. Regardez le jouir du don d'ubiquité, de déplacer un de ses avatars dans son bureau et d'aller saluer ses collègues à distance ou mobiliser un autre robot posé ailleurs et vous comprendrez mieux l'une des joies de ce chercheur passionné. Et si les robots se substituaient aux formateurs à chaque fois qu'ils se positionnent sur des tâches répétitives ? Et si les robots de téléprésence offraient de nouvelles possibilités d'interaction jusqu'alors inconnues.

Je compte bien tester un peu d'ubiquité lors d'un forum du FFFOD les 17 18 et 19 novembre.

J'espère bien pouvoir me glisser dans la peau du robot et déambuler dans la convention pour pouvoir goûter cette nouvelle extension.

Au fait, pour les inquiets, l'ordinateur Deep Blue a battu les hommes aux échecs, mais cela ne leur empêche pas de prendre du plaisir à jouer.

Commenter cet article

cristol 26/10/2015 12:09

Je fais passer la question à Christophe

Johanna 26/10/2015 09:51

Merci Christophe pour cette interview.
Je pense que les deux derniers poins que tu soulève sont liés en ce que, ne pas travailler seul, et accepter la mise à nue de son travail, vont dans le sens d'une même ouverture d'esprit et de changement de posture. Comment penses-tu que nous pouvons proposer ces nouvelles méthodes éducatifs à des administrations parfois réfractaires ? Comment cela fonctionne t il à Lyon ?

Je n'ai pas eu la chance, pour le moment, d'expérimenter les robots éducatifs, mais j'ai hâte !