Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Au moment où on n’a jamais autant parler d’internet et de son potentiel d’innovation et de nouvelles frontières économiques voici un livre à contre-courant qui nous en annonce la fin. Boris Beaude chercheur à l’école polytechnique de Lausanne démonte cinq idées que les plus optimistes croyaient pour acquises. Tout d’abord, il nous rappelle qu’internet loin d’abolir les espaces était un espace et contribuait à l’expression de visions territoriales. Ensuite, si l’on a vanté les la liberté d’expression rendu possible par une connectivité renforcée, l’auteur nous met en garde contre la surveillance généralisée qui s’organise. L’espace de liberté est placé sous contrôle. Par ailleurs la démocratie comme expérience de l’intelligence collective est tempérée par les limites de la participation, les phénomènes de construction de monopoles de quelques grandes marques obérant pour partie l’indépendance. Il pointe encore le passage de la gratuité à la propriété et la façon dont chacun paye ou devient le produit. Il montre comment l’on passe des économies d’échelle aux effets de réseau. Il explique les oscillations entre décentralisation et hypercentralité, tout en décrivant les logiques de coalescences réticulaires. Enfin, et pour finir, il évoque la résilience du réseau mais aussi la fragilité de ses nœuds et des individus qui finissent par être pris dans la toile. Si la conclusion insiste sur la neutralisation d’internet plutôt que de sa neutralité, il est possible de faire le constat que plus internet grandit plus les enjeux qui l’entourent s’exacerbent. Si il a existé une croyance d’un outil magique ouvrant tous les possibles, l’auteur nous démontre à juste titre que cet outil est l’objet de tensions multiples. Espérons que les fils ne lâchent pas et que les bénéfices continuent de l’emporter sur le prix à payer.

Espérons que les opportunités qu'internet nous donne de nous retrouver et d'apprendre ensemble ne soit pas amputées.

Plus d'info : http://www.beaude.net/ie/

Commenter cet article