Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

C’est amusant comme l’homme renvoie à l’extérieur de lui ses propres qualités. En voici deux exemples. Le téléphone devient « smart », malin ou intelligent et l’entreprise devient libérée. Comme si ce n’était pas l’homme qui était malin et libre. Tout se passe comme si un potentiel incroyable sortait de lui et s’incarnait dans des objets et des organisations. On assiste à un anthropologisation du monde matériel. Cette histoire résonne entre la magie, qui fait de nos objets une nouvelle source de spiritualité et la préparation de l’avènement des robots qui n’ont plus qu’à se glisser à notre place tellement nous dotons le monde matériel de propriétés humaines.

Smartphone et entreprise libérée

Commenter cet article

BAETA 13/02/2016 11:54

Merci pour ce billet, le rappel des dimensions anthropologiques telle que la croyance et la relation parfois "magique" aux objets est importante face à un discours dominant sur l'homme rationnel qui s'articule avec celui, de l'homo economicus alors que le marketing a lui très bien intégré ces dimensions profondes de l'imaginaire pour mieux le contrôler.
« Ces technologies du savoir concrétisent et généralisent l'extériorisation du système nerveux et de l'imagination. » - « Il s'agit-là d'une perversion du système car ces technologies à la fois culturelles et cognitives devraient être celles d'un esprit nouveau or, elles sont mobilisées pour empêcher l'émergence de celui-ci. (...) Là est l'objet de la lutte. » (Bernard Stiegler De la misère humaine, 2005 : 224).

denis bismuth 13/02/2016 08:04

belle analyse. C'est la forme moderne de l'esprit magique des peuples dit "primitifs".
Prêter aux objets des vertus qu'on aimerai avoir ou qu'on devrait posséder c'est parfois un moyen de ne pas avoir à faire l'effort d'y travailler.