Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Voilà bien plus qu'un livre, une démarche de visibilité pour tous ceux qui ont envie d'exprimer une tranche de leur vie, tellement peu prise en compte par les institutions politiques actuelles.

Rosanvallon se situe dans la suite de l'école de Chicago, de tous ceux qui essayent de donner la parole à ceux qui ne l'ont jamais. Son ouvrage et son site seraient aussi une forme de roman social à la façon d'un Flaubert, d'un Balzac ou d'un Victo Hugo, dépeignant les traits de leur société.

Incidemment on peut aussi percevoir un Bilsdungroman, car chaque instant de vie raconté par leurs auteurs est un apprentissage.

"Le roman vrai de la société Française" est un projet à soutenir et à diffuser car si Lyotard a affirmé avec l'avénement du post-modernisme "la fin du grand récit", c'est une trame d'histoires minuscules qui se donnent à découvrir et nous aider à apercevoir de quoi la société est faite et en quoi elle se transforme.

Commenter cet article

Mathon 06/03/2016 15:36

Voici notre lien ...

Mathon 06/03/2016 15:35

Bonjour,
Tout ce que je viens de lire a du sens et je vous invite à nous aider avec l'histoire du Drac blanc et Drac noir sur notre page Facebook. Le motif en est le mouvement ... www.eggsecho.eu

Pour faire court et simple: nous proposons de ré-inventer l'histoire, des histoires européennes à partir des sources, des cours d'eau, des légendes, etc.

Miene MATHON
scénographe

bismuth 06/03/2016 09:22

c'est une initiative tout à fait séduisante. J'ai toutes fois quelques réticences au vu d'expérience semblables qui ont préexisté à cette proposition. Je me demande si raconter le quotidien sans la mise à distance théorique et la réflexion intellectuelle (voir ce qu'avait fait bourdieu en son temps) ne va pas faire qu'augmenter le bruit ambiant. Je ne sais pas si l'absence de prise en compte par les politiques des réflexions des intellectuels peut être compensé par "plus de bruit". on risque de se perdre dans les dédales des détails de l'anecdotique trop lourd pour pouvoir décoller ensuite.
je me demande si au fond derrière cette proposition il n'y a pas une autre demande plus recevable de faire que chacun se réapproprie la légitimité à penser sa vie et à produire son engagement. le passage par le discours sur soi est un passage obligé, mais ce n'est pas une finalité en soi. La question que je me pose c'est de savoir si nous pourrons embrasser dans une réflexion l'ensemble des discours produits et si nous pourrons en faire quelque chose de mieux que ce que les intellectuels en font aujourd'hui ?

CRISTOL DENIS 06/03/2016 09:24

Les intellectuels sont tellement inaudibles ou éloignés des gens que faire qu'une multiplicité de récits s'exprime me semble une bonne idée