Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Personne n’évoque aujourd’hui la question de l’innovation en formation sans évoquer le potentiel du digital. Pourtant, les conditions à réunir pour innover sont différentes selon que l’innovation est descendante, ascendante ou horizontale.

L’innovation descendante est impulsée par l’autorité de moyen, c’est-à-dire ceux qui contrôlent le temps des autres, les ressources matérielles et financières. Pour ce type de conception et diffusion d’innovation il s’agit de planifier coordonner les moyens mais également de créer une culture favorable à la prise de risque.

L’innovation ascendante est portée par une autorité d’usage. L’innovation ascendante dépend des personnalités singulières, des initiatives, des revanches sur la vie ou de la volonté de transformer le monde et de la capacité des organisations à reprendre et amplifier. L’autorité d’usage c’est alors ce désir impérieux de courber le réel aux usages qu’un innovateur souhaite lui donner.

L’innovation horizontale est dépendante de l’autorité des phénomènes. L’innovation horizontale est induite par l’imprégnation à des contextes, par des hasards, des frictions au quotidien, par lesquelles chacun fait évoluer ses pratiques imperceptiblement. Souvent c’est l’effet de sérendipité qui est évoqué : autrement dit la rencontre d’un esprit préparé et du hasard.

Ainsi, selon la forme que prend l’innovation les conditions nécessaires seront différentes, allocation des ressources et qualité de la connexion à des bases de données, des idées et des équipes dans le cas de l’innovation descendante ; détection et protection d’initiatives locales pour l’innovation ascendante ; écoute des phénomènes et capacités de mise en contexte des innovateurs dans le cas de l’innovation horizontale. Dans tous les cas l’accélération du cycle essai-erreur, la facilitation des récits possibles, ou la simplification des procédures (organisationnelle, financière) des nouveautés va installer une culture propice à l’émergence et l’adoption de nouveaux usages/pratiques/services/dispositifs. Le digital est une dimension parmi d’autre. On le voir la complexité est telle que c’est plus souvent une diversification qui opère qu’une grande divergence.

Bibliographie

CRISTOL, D. (2014), Former se former et apprendre à l’ère numérique. Paris : ESF.

CRISTOL, D. (2011), Innover en formation. Dynamiser l’apprentissage en entreprise. Paris : ESF.

CRISTOL, D. (2011), Management et innovation : 60 nouveaux exercices. Jeux et cas pratiques pour apprendre ensemble. Paris : ESF

Comment réunir les conditions nécessaires à l'innovation ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article