Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

L’innovation qui perce est élégante simple et apporte un vrai bénéfice aux utilisateurs, formateurs, et à toutes les personnes en charge de la mise en œuvre mais aussi les décideurs. La complexité rend plus difficile l’adoption de nouvelles pratiques. Elle requiert le passage d’un seuil critique d’adoptants, généralement estimée entre 10% à 20%, pour enclencher un point de bascule[1]. Au-delà de ce seuil, un mouvement collectif se met en place pour améliorer l’idée initiale et en faire une idée partagée. La complexité c’est une situation avec une variété d’éléments de formes et de natures différentes en interaction dynamique. L’innovation fait bouger la complexité d’une situation en modifiant une relation entre les éléments en interaction. La technologie, basée sur les smartphone par exemple, modifie le rapport au savoir en offrant des accès directs à des bases de données.

Il est possible d’évoquer la simplexité pour décrire la rencontre de la simplicité d’usage d’un smartphone et la complexité de son intégration à des dispositifs déjà très structurés orientés vers le respect de référentiel de formation. Les contextes de simplexité se démultiplient à l’envie avec toutes les technologies simples d’usage, mais, nécessitant une multiplicité de réagencements dans les organisations pédagogiques existantes.

Il est alors utile de distinguer ce qui est d’un usage individuel et ce qui fait système.

Bibliographie

CRISTOL, D. (2014), Former se former et apprendre à l’ère numérique. Paris : ESF.

CRISTOL, D. (2011), Innover en formation. Dynamiser l’apprentissage en entreprise. Paris : ESF.

CRISTOL, D. (2011), Management et innovation : 60 nouveaux exercices. Jeux et cas pratiques pour apprendre ensemble. Paris : ESF

[1] Voir l’ouvrage de Malcolm Galdwell « Le point de bascule »

L’innovation : simplicité versus complexité ?

Commenter cet article