Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Le formateur d'un master en sciences de l'éducation m'interroge sur ce que j'entends par ingénierie pédagogique, voici mes réponses :


1. En tant que professionnel, l’ingénierie pédagogique, c’est quoi pour toi ?
L’ingénierie est une façon de projeter le monde, d’anticiper ce qui peut se produire. Pour moi l’ingénierie pédagogique c’est ce qui permet de favoriser des projets d’apprentissage. Elle comprend une part de méthodologie, une part de posture, et une part d’émotion. La méthodologie est oubliée par les chercheurs en sciences de l’éducation mais investie par les praticiens. Il est rare que le maître à penser soit aussi un maitre d’oeuvre. La posture se cultive dans le temps, elle est faite de lâcher prise et de laisser advenir, d’un mélange de cadre (points de repères) et de liberté (marge de liberté pour apprendre), elle vise à faciliter l’engagement en formation et pas seulement le transfert d’information qui est par ailleurs actuellement traité par GOOGLE – YOUTUBE - WIKIPEDIA mais aussi par les réseaux sociaux. Quant à l'émotion c'est plus qu'un supplément d'âme, c'est un moteur de l'envie, un déclencheur du plaisir, et un moyen de mieux se remémorer les points clés.


2. Comment évoluent les approches d’ingénierie pédagogique depuis ces dernières années?
J’ai été régalé par quatre sources au cours de mon parcours professionnel, à chaque fois j’ai essayé de capter ce qui me semblait essentiel
- le domaine de l’insertion m’a enseigné que la pédagogie était particulièrement utile pour les personnes en mal de compétences de base et de projet. Moins on sait « en théorie » plus la pédagogie et la guidance doivent être soignées. Les publics les plus sensibles sont ceux qui nécessitent le plus de capacité pédagogique pour créer les meilleures situations d'apprentissage. Il s'agit de créer des apprentissages en situation de travail, des ateliers de raisonnement logique, des formations tutorales, ou d'accompagnement individualisée.
- le domaine industriel au sein duquel j’ai baigné pendant plus de 10 ans au CESI m’a enseigné des méthodes d’efficacité et de performance très centré sur le terrain, la formation-action, le souci de la rationnalité et de l'efficacité (TWI, Kaizen, Lean Management, PBL, cercle qualité)
- pendant 6 ans j’ai travaillé dans le domaine de l’entrepreneuriat et du commerce chez Novancia, j’y ai découvert la dimension émotionnelle pour un entrepreneur qui se défie lui-même en permanence ou un commercial qui doit sans cesse capter les rythmes émotionnels de ses clients, cette dimension émotionnelle est essentielle pour conclure. La ludopédagogie, la mise en situation d'incubation, les jeux de rôles, les séminaires commerciaux pour motiver les équipes, toutes les simulations et formes d'entrainement relationnelle ou de coaching
- actuellement au CNFPT j’explore les approches collaboratives et sociales si importantes pour la vie des collectivités, les approches pédagogiques issues de l'éducation populaires, le co-développement professionnel, les forum ouverts, world café, ou accélérateur de projet, les pratiques de design de politique publique ouvrent un immense potentiel créatif


3. Quel impact du digital sur l’ingénierie pédagogique?
Le digital remet en question le rôle du formateur qui ne peut ignorer les accès directs des participants aux connaissances. Il ne peut se contenter d'apporter des connaissances, il est conduit à mettre plus de sens, aider à identifier les connaissances essentielles et celles qui le sont moins. Il est aussi amené à transformer la salle de formation comme lieu où l'on construit des connaissances et moins comme un espace où on les diffuse. Incidemment, le digital met sur le devant de la scène des approches plus critiques et favorise des pratiques innovantes.
Il s'agit alors d'enrichir ses pratiques en salle, d'autoriser de nouvelles situations favorisant plus d'autonomie et d'engagement, de réguler les recherches, d'adopter des postures de facilitateurs, de médiateur de coach.
La formation à distance va aussi faire la part belle aux technopédagogues, aux animateurs de communautés d'apprentissage et à de nouvelles pratiques mélangeant pratiques à distances, pratiques d'interaction en petits groupes en proximité et apprentissages sociaux informels (social learning), par exemple sous la forme de cercle spontanée d'étude ou meet-up.

4. L’innovation pédagogique est-elle forcement liée au digital ?
L’innovation pédagogique est liée au numérique qui autorise des possibilités d'interaction asynchrones, à distance en grand nombre ou en petits groupes, joue une pression sur les prix et introduit de nouvelles façons de penser. Des façons ou l'ubiquité, l'immédiateté, la consultation de masse de contacts ou de données changent le rapport aux sources d'information et font bouger les autorités et légitimités académiques traditionnelles
L’innovation est déliée du numérique car le numérique est un outil qui ne remplacera jamais, la subjectivité, l’irrationalité, l'intuition, les émotions, l'écoute, l'empathie, l'amour et les questions, la complexité et les interactions avec un formateur. Un outil joue sur la relation à soi aux autres et au monde, mais il a toujours le besoin d'une médiation humaine, d'imitation,et d'invention de pratiques. L'innovation des usages pédagogiques se bricole en fonction des besoins que seulement parce qu'il y a une prescription technologique.


5. En conclusion, Tu as connus une diversité d’environnements de formation, quels sont les facteurs de succès d’une bonne ingénierie pédagogique ?
Les facteurs de succès sont de se mettre à la place des autres. Le formateur doit garder en tête que les autres sont avant tout des sujets et non des objets de ses expériences pédagogiques. Parfois mieux vaut faire simple que d'imposer des protocoles complexes ou des technologies superfétatoires. Il faut aussi diversifier les approches pour tenir compte des formes d'intelligence. Il est nécessaire de prendre le temps de construire des processus stimulants, des temps d'enchaînement ou de respiration entre les séquences, de toucher le corps, le cœur tout autant que la tête, de garder un cadre qui régule l'action souple ou tout n'est pas prévu mais ou les apprenants peuvent s'inscrire et défier leur pouvoir d'agit à la hauteur de leur ambition ou énergie. Il s'agit de se défier du mantra de la pédagogie des années 70, toujours en vigueur, qui combine et répète inlassablement et sans remise en question : "des objectifs pédagogiques, de l'unité de temps, de lieu et de contenu, un groupe, un formateur et une salle". Il s'agit d'oser innover de tester par essai erreur, d'autres approches, de laisser une place plus large à des apports de participants eux-mêmes sur la construction de leur propre situation d'apprentissage.

Echantillon de ressources de la coopérative pédagogique du CNFPT : Coopérative pédagogique

Qu'est ce que l'ingénierie pédagogique?

Commenter cet article

dsicol 27/06/2016 11:47

Bonjour,

La phrase "L'innovation des usages pédagogiques se bricole en fonction des besoins que seulement parce qu'il y a une prescription technologique." n'est pas très claire : il doit manquer quelque-chose... ;-)