Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

L’ouvrage de sociologie proposé s’intéresse aux cadres fonctionnels des grandes organisations, les experts et spécialistes dont la mission est d’influer sur le travail des autres cadres. Il sont nommés les « planneurs ». L’ouvrage, écrit à charge, les décrit comme des des serviteurs zélés et des rouages impuissants subissant un capitalisme aveugle, avec pour objectif unique le profit de leur donneur d’ordre. Les extraits d’échange avec ces cadres étayent la thèse d’un management par les dispositifs machine à faire souffrir les planneurs eux-mêmes et le reste des salariés. La critique sociale portée et le seul angle de la spécialisation d’une catégorie de collaborateurs aussi hauts placés, soient ils dans les organisations, paraît réducteur de la complexité et de la variété des organisations, mais aussi des individus. Les stéréotypes paraissent forcés pour servir le propos. Si les dérives du management par processus sont bien établis, la part active des planneurs comme acteur à distinguer reste à faire. Il y a trop de singularité humaine pour réduire à ces spécialistes, les dérives des processus à l’œuvre. Le management désincarné existe bien mais la complexité de son implantation reste à faire.

Même si l'on peut ne pas être d'accord avec les propos, l'ouvrage est très bien écrit et mérite d'être lu pour le débat qu'il provoque.

Commenter cet article