Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

La première question est celle de concilier la double posture de manager et de coach. Le manager est engagé pour que des résultats soient atteints en matière de qualité, de coût, de délais de service rendu. Le coach a pour vocation de contribuer au développement des potentiels ou d'aider a ma mobilisation de ressources pour résoudre des problèmes. Il établit un contrat tripartite entre le coaché son N+1 et l'organisation sur la base de croissance personnelle, de croissance de l'équipe et de réussite dans un positionnement ou un projet.
La posture de manager et de coach se rejoignent à un moment où l'augmentation des compétences sociorelationnelles devient un enjeu pour les organisations. La complexité est rendue visible par une débauche de systèmes d'informations, les tâches se transforment, la nature du travail intègre une part invisible d'autant plus grande que les routines sont reportées sur les machines et que la part intuitive et subjective est placée chez les hommes et les femmes en interface avec des clients ou des usagers. Si des managers pouvaient prescrire des tâches définies et controlables, il en est tout autre pour la qualité d'une attention à autrui ou bien la compréhension d'un nouveau besoin à satisfaire. Les managers sont donc contraints de s'interroger sur les conditions d'un investissement personnel, puisque le concret du travail tend à leur échapper.
Manager comme coach sont intéressés par le développement personnel. Car s'il devient difficile d'agir directement par des ordres et des procédures alors, il faut être plus attentif à ce qui est émis. C'est l'hypothèse d'un manager coach tenant des résultats mais de plus en plus du cheminement qui produit en même temps de la motivation et des savoir agir. Pour cela les outils de la maieutique, le questionnement non directif, la systémique, les techniques de projection et de communication sont d'une grande aide.
Mais attention concilier posture de manager et de coach peut conduire à deux dérives celle ou le hiérarchique se prend pour un manager de l'âme et celle d'un "nov'management" ou d'une démission de responsabilité et d'un défaussement vers le collaborateur entièrement responsable de son activité.
Il est insuffisant d'apprendre des méthodes sans travailler en profondeur sa posture, ses habitudes et ses croyances en matière de management. Par ailleurs le manager coach devra faire preuve de discernement quand à sa focale. Vise t-il d'abord le résultat ou l'accroissement du potentiel ? Peut il toujours obtenir les deux? C'est en tout cas la visée de cette double posture.

Pixabay

Pixabay

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article