Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Dans la rubrique "courrier des lecteurs" une personne m'adresse ses questions sur l'apprenance et j'y répond dans le texte

"Bonjour
Je lis toujours avec bcp d'attention vos posts, notamment sur l'apprenance.  J vous soumets mon questionnement du matin" 

 

Vers une transformation des RH ?
La transformation des RH se produit de façon morcelée. Il y a des envies qui s'expriment de tous les côtés et puis il y a les fondamentaux d'un système néo libéral dont le coût de renoncement apparait comme individuellement ou collectivement trop élevé. Nous exprimons aussi des paradoxes. Envie de liberté de s'engager et dans le même temps exigeance de sécurité en matière de santé, d'emploi, de services publics. Du coup les structures hiérarchiques persistent et les comportements qui les font exister demeurent aussi vivaces. Le mot anomie utilisé par Durkheim qui décrit les trajectoires croisées d'un monde qui meurt et d'un autre qui tarde à apparaître avec ses promesses me semble le plus juste.

Vers une transformation des directions formation en directions de l'apprenance (cf triangle pédagogique) ?
Je comprends l'apprenance comme un savoir, vouloir et pouvoir apprendre.  Les praticiens les plus passionnés occupent tous les interstices pour mettre en oeuvre l'apprenance mais les gestionnaires sont en panne d'imagination pour substituer les métriques comptables quantifiés usuels volume de stages et de stagiaires) à des critères plus qualitatifs propre à lapprenance : je veux parler de l'environnement d'apprendre. Le management est une technologie sociale héritée de l'ère industrielle. Elle a moins de 200 années d'existence mais elle est déjà calcifiee. Un effet de mode chasse l'autre avec en plus le phénomène d'accélération dénoncé par Rosa Hartmun : management par projet, management de la qualité, lean management, design organisationnel etc.  Dès lors le learning ou l'apprenance sont surdetermines par des structures et des temporalité qui en empêchent la totale expression. Il y a bien l'envie de faire se rejoindre les dispositions à apprendre autodirigees et les dispositifs de formation capacitants.

Vers une prise en compte de la dimension apprenance dans les critères de recrutement ?
Les organisations s'intéressent à leur enrichissement par l'accueil de nouveaux savoirs et de nouvelles postures. Les grandes enquêtes prospectives internationales pointent bien vers des savoirs de créativité, de coopération, et d'apprentissage, mais la lecture d'annonces montre encore le focus sur le diplôme qui maintient sa fonction de detrompeur quand à une éventuelle erreur de recrutement.  Il existe bien une échelle d'apprenance  pour mesurer à un instant T le potentiel individuel, mais il est encore peu utilisé dans les recrutement.

Le CPF comme révélateur ? Qui mobilisera son CPF et pourquoi ?
Le CPF se met en place progressivement. Je fais le pari de son succès pour tous si la fluidité de l'application moncompteformation est au rendez-vous. Mais cela ne suffira pas à son déploiement. Le CPF risque surtout de révéler les relations aux savoirs des organisations. Jusqu'où laisseront elles leurs collaborateurs décider de ce qui est bon pour eux? Un vieux dicton organisationnel affirme "le savoir c'est le pouvoir". Comment ce dicton va t- il évoluer ? Peut il évoluer vers plus de liberté pour apprendre, ou la formation devra t-elle toujours être inféodée aux enjeux organisationnels? Cela dépendra vraisemblablement des cultures organisationnelles. Il y aura de grandes nuances  entre celles qui se vivent comme organisation formatrice, apprenante ou capacitante.

Source Pixabay

Source Pixabay

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article