Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Ma réflexion dans le domaine de la formation des adultes me fait progressivement comprendre que nous avons trop longtemps pensés les stages et dispositifs de formation comme des décors dans lesquels nous posions les apprenants, les meilleurs possibles pour les faire apprendre, quand bien même ils sont autonomes, disposent de leur cerveau et d'un libre arbitre qui ne se réduit jamais à suivre le parcours qu'on leur prépare. 

Que se passerait-il si nous comprenions que l'appréhension du milieu est singulière et que chacun donne sens à son paysage, à partir des stimuli qu'on lui adresse (objectif, programme, plateforme etc.) pour apprendre à sa façon ?

L'idée de milieu d'apprenance que l'apprenant construit par lui même pourrait bien renouveler la façon d'offrir des opportunités d'apprendre. Peut être que le concepteur d'un dispositif de formation lui prête des propriétés mais que celles-ci ne sont pas perçues, compris, jugées utiles et ne font pas sens au regard de l'expérience singulière de l'individu?

Ah, au passage, la fameuse métaphore de l'éléphant que les 7 aveugles perçoivent différemment, laisse penser à un milieu qui serait donné et pour lequel la perception serait centrale. Cette métaphore est limitée et trompeuse car elle fait porter à la perception un rôle déterminant, quand bien même exister, habiter, se tenir, se lier sont prééminents. Ainsi il s'agit d'aller plus loin qu'enlever nos bandeaux et partager des informations (vision analytique traditionnelle de la science occidentale), mais il s'agit de comprendre, et d'intégrer le trajet du sujet à l'objet qui ne se dissocient pas.

Autrement dit le milieu expériencé est constitué d'un sujet, d'un objet et d'un trajet alors que l'environnement/décor se résume à la dualité entre sujet et objet.

Le nouvel art d'aider l'autre à se mouvoir dans ses propres pensées serait peut être la facilitation?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article