Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Merci encore à Claire Héber-Suffrin d'avoir ouvert la voie du partage.

On connait les réseaux d'échange réciproque des savoirs (RERS), l'expérience conduite à La Poste avait été racontée. Mais, voilà qu'internet vient mettre un coup de pied dans le matelas des marchands de sommeil (l'expression est peu amène mais qu'est ce qu'on peut s'ennuyer parfois dans une salle de cours !). Les organismes de formation qui se sont assoupis depuis trop d'années sur les méthodes traditionnelles faisant la part belle à la relation entre un maitre et des élèves voient débouler de nouveaux formats qui placent au cœur de la dynamique d'apprentissage la réciprocité entre tous, placés à parité d'estime.

Le choc pédagogique de l'année 2013 a été en France les MOOC, ( suivez le le lien il conduit à un dossier documentaire de 16 articles choisis) qui peuvent être organisés non pas comme seulement des outils de distribution de savoirs à partir d'une plate forme, on parle alors de X MOOC mais comme des outils de mobilisation collective on parle alors de C MOOC. Chacun enseigne aux autres.

Mais nous avons aussi l'apparition de nouveaux services de proximité qui se créent sous l'aspect de plate forme d'une médiation vers des savoirs professionnels ou du quotidien avec Leeaarn ou Cours Groupé. On peut aussi imputer des dimensions formatives aux forums en ligne des grands réseaux sociaux et même aux cybercafés ou tout discutant avec des personnes distantes on boit un café avec des "vrais gens".

Il ne faudrait pas oublier qu'il existe un monde au-delà de la technologie et que les groupes de co-développement ou groupes d'échanges des pratiques jouent aussi de cette dynamique d'apprentissages mutuels.

Ce que préfigure ces nouvelles modalités d'apprentissage et qui fait qu'elles sont en train de s'installer dans le paysage éducatif c'est un besoin de plus d'échanges à parité d'estime qui s'éloigne de l'effet du gourou aux recettes magiques qui ne fonctionnent qu'en amphithéâtre. Chacun s'inscrit dans la logique "je l'ai fait "moi-même".

Je suis absolument persuadé qu'une démocratie qui abrite ces modes d'apprentissages plus coopératifs va gagner en maturité et en qualité d'écoute réciproque. Dans un monde où l'information qui circule est immense, il s'agit de s'extirper des recettes encore trop souvent présentes dans les établissements d'enseignement supérieurs et de s'exposer soi-même aux situations et d'apprendre à se faire sa propre idée.

Allez plus loin sur la réciprocité : La part de l'autre dans la formation de soi

Apprendre en réciprocité tout en recréant du lien
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article