Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

 

 



Après l’indignation, l’action ! Tel est le programme documenté que nous proposent deux éminents prospectivistes Hervé Sérieyx et André-Yves Portnoff à partir d’une multiplicité d’exemples. Surfant sur la vague de mécontentement, le projet de cet ouvrage est d’engager l’action des citoyens. Cinq idées sont développées pour faire bouger les lignes. « Brisons le métro-boulot-dodo » propose de revenir au bon sens intelligent, de jouer la carte humaniste et les réussites durables. Il s’agit encore de refuser la « myopie mortifère de dirigeants ignorants et court-termistes », de lutter contre la « contamination taylorique ». Le constat est sévère et les formules assassines comme par exemple « les dirigeants s’acharnent à construire leurs propres meurtriers ». Les arguments s’enchaînent pour dénoncer le marché, nouveau « veau d’or ». Les auteurs en appellent à la relocalisation, à l’exploitation du numérique pour interagir et collaborer, au redéploiement d’un politique industrielle. Ils dénoncent la façon dont les grands groupes raflent les aides sans véritablement créer d’emploi. La deuxième idée est de devenir des citoyens web 2.0. Il s’agit cette fois de saisir nos pouvoirs numériques et d’utiliser internet contre big brother pour résister à des oppressions locales, notamment en s’informant et en contestant les autorités incompétentes. L’idée de ressusciter la passion du savoir est placée en première urgence. Elle invite à ce que chacun devienne  éducateur tout autour de lui. Ceci passera, pour les auteurs, par l’engagement dans trois batailles : celle de la lecture, celle de la créativité et celle de la complexité. Les auteurs en appellent dans une quatrième idée à ce que chacun soit acteur actif du territoire en proximité et participe à la réflexion et au développement d’une richesse commune. La cinquième idée de l’ouvrage nous rappelle à nos valeurs universelles : liberté, égalité, fraternité et laïcité. Il s’agirait de nos principaux atouts maîtres afin de réinvestir l’état et le marché. Cet ouvrage résonne avec fracas, comme un  cri en écho de l’étincelle tunisienne et de la tempête wikileaks.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article