Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

 

 

 

 

Jean Louis Muller directeur à la Cegos est responsable de l’offre internationale « stratégie et pilotage ». Il conçoit et anime des séminaires destinés à des dirigeants et accompagne des équipes de direction lors de transformation d’entreprise. L’auteur n’en est pas à son premier coup d’essai, il est déjà prolixe d’ouvrages le plus souvent co-produits dans un champ aussi large que la conduite de projet, le développement personnel, en passant par le management opérationnel. L’ouvrage qu’il nous propose aujourd’hui rassemble les contributions de 48 chercheurs et praticiens, pour moitié issus de la Cegos. Ainsi il est notamment possible de lire dans ces contributions le point de vue actualisé de cet organisme sur les questions du management et du leadership. En 5 parties 41 chapitres et 896 pages, le guide poursuit, à la manière d’une encyclopédie, l’objectif d’offrir aux cadres « une vision complète, diversifiée et synthétique du management ». La préface de Jacques Coquerel président du directoire de la Cegos peut d’ailleurs se résumer de la sorte : le management est un élément clé de réussite des entreprises, et les entreprises doivent relever ce défi. Les cinq chapitres suivants proposent des éléments de réponse. Le premier chapitre est intitulé « des missions et des rôles multiples », il nous rappelle que le manager est un professionnel rémunéré par son entreprise pour contribuer avec ses équipes à la performance globale dans le cadre d’une stratégie décidée par les dirigeants. D’une part il s’agit de comprendre la stratégie de l’entreprise, d’autre part d’anticiper et d’accompagner le changement et enfin de motiver et d’impliquer ses équipes. La performance économique et le sens du client demeure leur boussole. Charge au manager d’assumer sa fonction et de trouver sa propre voie dans un environnement contraint, complexe et changeant. Le deuxième chapitre est centré sur « des outils à manier avec savoir-faire ». Il constitue un tour d’horizon complet sur les outils actuels rappelant d’une part l’importance de s’inscrire dans des logiques processus telles que le management de projet de la qualité ou de la connaissance mais également les outils nécessaires pour décider et communiquer. Le manager ne travaille pas seul son positionnement, le rôle de son assistant (e), et le management d’une équipe sont aussi particulièrement abordés. Le troisième chapitre est centré sur « des talents à cultiver ». Il incite les managers à s’envisager comme leur principal terrain de développement ; que cela soit pour faire face au temps qui passe, au stress, aux émotions ou pour laisser émerger leur créativité. Se former, se développer seul ou avec l’aide d’un coach, voir même se mettre en scène sont parmi de nombreuses approches les solutions proposées. Non content de se former soi-même les managers sont en prise avec le développement des compétences des membres de leurs équipes. Le quatrième chapitre expose « des défis à relever ». Il n’est pas là question de langue de bois. L’entreprise apparaît avec ses conflits, ses jeux de pouvoir, ses problèmes éthiques. Les paradoxes culturels de la globalisation, les fusions d’entreprises y sont également mis en exergue ainsi que les contraintes du développement durable. Enfin le cinquième chapitre est à la recherche « des sources d’inspiration pour demain ». Il s’agit d’ouvrir la réflexion managériale à la pensée chinoise, à la façon dont les anglo-saxons abordent le changement, à la sociologique des organisations ou à l’histoire. C’est aussi l’occasion de découvrir d’autres approches telles que le questionnement réflexif et de mettre en perspective le fonctionnement cognitif des managers. Pour conclure Jean Louis Muller nous met en garde contre les recettes universelles. Il nous invite à retenir des bonnes pratiques développées le sens du but et du résultat à atteindre, la volonté de créer et de maintenir des relations de coopération, l’importance d’observer avec finesse les attitudes et les comportements, et le besoin de flexibilité et la nécessaire authenticité. Si par l’ampleur de son propos l’ouvrage fait l’impression d’être une bible, à aucun moment le lecteur n’a l’impression de tomber sous l’emprise d’une secte, chaque contributeur apportant à ses propos singuliers des démonstrations de chercheurs ou des faits tirés de leur expérience de consultants. Ceux qui redoutent un ouvrage trop complet seront heureux du travail de présentation des problématiques en amont des chapitres et des synthèses en conclusion permettant d’aller à l’essentiel. En somme un ouvrage fouillé argumenté qui donne une vision d’ensemble du management des entreprises actuelles.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article