Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

 

 

P1050424.JPGL'art est souvent vu sous l'angle du divertissement ou du placement (le marché de l'art). PLus rarement l'art est abordé en soi comme connaissance. Cependant Roger Pol Droit et un collectif de philosophes, d'auteurs et d'artistes exprime l'idée que l'art peut jouer d'autres fonctions, et que l'art peut être connaissance, contestation critique. 

Les manières dont la pensée s'inscrit dans des lignes, des figures, des couleurs, des sons et des rythmes pourraient même changer en profondeur les rapports au monde. 

Les auteurs montrent comment l'art est en lien avec l'inconscient, les connaissances scientifiques, les analyses philosophiques, les représentations collectives du pouvoir et les choix politiques. L'art est aussi un moyen de s'approprier le monde. L'art participerait depuis Platon "aux connaissances sensibles", de façon dépéréciative il serait rangé à côté des illusions, des faux semblants, des préjugés et des opinions. Il dérangerait les méthodes bien établies. L'art serait par dessus tout un moyen de donner du sens "nous n'avons qu'une ressource avec la mort : faire de l'art avant elle" affirme René Char. L'art serait donc une affaire de l'âme. 

L'art serait plutôt d'esquisses et d'intuition car la première intention poserait la marque la plus fragile et la plus sensible. Mais il est possible d'affirmer avec Goethe que l'art permet aussi de comprendre le monde car, "ce que je n'ai pas dessiné je ne l'ai pas vu". Le dialogue de l'artiste et du scientifique avec le réel pose le débat entre la "réalité en moi" et l'objectivation du monde. L'art démultiplie les dimensions du monde que la science essaye de mesurer. 

Fondamentalement l'art  a à voir avec le pulsus, cette "langue universelle des sensations" que décrit Kant, ce jeu de la modulation qui affecte nos capacités de juger. C'est pourquoi l'esthétique loin de se limiter à être un délassement conditionne nos façons de raisonner, d'entrer en communication et de connaître.

Cet ouvrage mérite d'être embrassé car il justifie par tous les moyens la nécessité de l'art en formation comme un moyen d'accroitre notre connaissance du monde et de soi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article