Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

 

 

 

 

 

Voici un ouvrage qui vient fort à propos offrir un concept opérationnel à des fins de développement d’un surplus d’éthique. Les auteurs Jacques Igalens et Michel Joras sont respectivement professeur des universités pour le premier et docteur en gestion et administrateur du cercle éthique des affaires pour le second. Tous deux sont des experts de l’audit. C’est pourquoi le lecteur ne sera pas étonné de leur volonté de transposer les approches rigoureuses de l’audit au domaine de l’éthique. Le concept de sûreté éthique vise à préserver le capital éthique de l’entreprise, c'est-à-dire à présenter l’entreprise en cohérence avec les valeurs qu’elle revendique, à respecter l’ensemble des normes et des valeurs pertinentes, à gérer correctement ses dilemmes éthiques, à contrôler et piloter éthiquement ses parties prenantes. L’ouvrage a pour finalité de proposer un cadre adapté à la prise en compte de la dimension éthique de l’entreprise. Trois chapitres contribuent à cette finalité. Le premier chapitre est particulièrement riche et argumenté. A partir d’une analyse des conventions et accords internationaux mais aussi des codes, chartes, référentiels et normes en vigueur, il montre comment est né le concept de sûreté éthique. La logique des engagements volontaires, du développement durable de la responsabilité sociale de l’entreprise se pose comme une alternative à des comportements déviants, frauduleux, inéthiques.

Le deuxième chapitre tend à rendre opérationnel le concept de sûreté éthique en définissant des missions d’audit de sûreté éthique. Le chapitre montre à la fois les spécificités et les ressemblances avec des missions d’audits opérationnels classiques. La préparation d’une mission d’audit de la sûreté éthique débute par la détermination des objectifs, elle s’appuie sur l’analyse des risques et se termine par la planification des opérations. Enfin le troisième chapitre décrit le déroulement de la mission d’audit et de la sûreté éthique.

Le concept de sûreté éthique est particulièrement appréciable car il pose clairement des règles du jeu collectives à un moment où elles n’apparaissent plus si évidentes. Il n’en demeure pas moins qu’il n’exonère pas d’un effort de discernement individuel. En effet, la limite de la démonstration résiderait dans une instrumentalisation du concept par des entreprises se dédouanant de leur responsabilité par un effet d’affichage et de renvoi des responsabilités vers les collaborateurs. « Nous sommes éthiques car nous avons mis des procédures, chartes et guides de bonnes pratiques pour ce faire, si nos collaborateurs n’agissent pas conformément à ces règles nous n’y sommes pour rien ! ». Malgré ce risque, l’avantage du concept c’est qu’en s’efforçant de poser des règles de s’y référer, et de s’y conformer, il oblige au débat dans l’entreprise. Il conduit incidemment chacun, dirigeants, managers et collaborateurs à se positionner sur ce qu’il est acceptable, bon et bien de faire. Un effort salutaire à un moment où tout semble possible, même le pire. Gageons que cet ouvrage sera un véritable manuel opérationnel pour tous les auditeurs, déontologues, spécialistes de la lutte anti-fraude et éthiciens de toutes natures.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article