Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

 

Ce récit d’une responsable éditoriale se concentre sur le moment de la prise de poste. Il présente l’entrée dans un rôle contraint par la situation. Le départ de la responsable en titre précipite la prise de responsabilité sur une équipe. La narratrice se trouve propulsée à son corps défendant dans un rôle qu’elle n’a pas choisi et qui apparaît aux premiers abords inquiétant. « c'était à quelque chose qui m'attirait pas a priori et puis en fait de façon assez officieuse en fait et bien malgré tout j’ai dû remplir ce rôle ». Ni l’éducation, « j’ai fais ce que j’avais envie de faire. J’ai jamais été brimé » ni la formation initiale en techniques audiovisuelles ne prédisposait à remplir la fonction. Malgré le refus initial, de prendre le poste, la posture naturelle de chef de projet oriente les communications, attire les demandes, les sollicitations vers la narratrice. Le groupe ne saurait se passer de coordination interne ou de liens avec l’extérieur, les clients internes et autres services. Après une période de 6 mois, l’impétrante avec l’aide de sa manager se rassure « j’ai rempli le rôle de manager de façon officieuse de façon très progressive et naturellement ». Le changement n’est ici ni prompt, ni soudain, ni brutal mais tout en douceur. Tous les signes extérieurs sont gommés « il y a quelque chose que je me suis refusé de faire c'est de prendre le bureau du responsable qui est un peu à part ». Le changement se déroule petit à petit, sans heurt.

Deux appuis permettent une réussite. Tout d’abord une expérience consommée de chef de projet : « être chef de projet c'est quand même coordonner des équipes mêmes s'il n'y a pas de lien hiérarchique …. ça m’a aidé après à entrer dans le rôle de manager » expérience de chef de projet acquise dans un environnement national et international. Le deuxième appui réside dans un processus de formation formel lancé  au profit de tous les managers de l’entreprise : « c’est des journées de quatre jours par an de formation avec des groupes d'une dizaine de managers plus de la formation en e-learning avec des modules de formation et puis voilà et puis on échange aussi sur des thématiques et voilà ça c'est intéressant ». C’est la formation qui enclenche un processus de prise de recul « on a finalement beaucoup d'échange sur ce qu'on vit au quotidien je trouve ça très intéressant de prendre du recul // de sortir la tête du guidon pour pouvoir réfléchir à la façon dont on pourrait améliorer le travail d'équipe etc. c'est important ». Finalement l’échange en groupe, la stimulation régulière par les préparations menées à l’aide des modules de e-learning sur internet mobilise la narratrice sur la facette de son rôle de manager.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article