Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

 

 

 

 

 

 

 

Leadership et Management Etre Leader, Ca S'Apprend

 

Commentaires du monde.fr:

 http://orientation.blog.lemonde.fr/2011/05/09/etre-leader-ca-s%e2%80%99apprend/#more-175

 

Vidéo de présentation du livre :

http://www.rebondir-tv.fr/fiche/etre-un-leader

 


 

 



Par Denis Cristol, Catherine Laizé et Miruna Radu-Lefebvre.

Etre leader ça s’apprend ! Tel est le fil conducteur d’un livre ayant pour ambition de remettre en question quelques idées toutes faites. Mais, si le leadership s’apprend, il ne s’apprend pas facilement et de nombreuses questions se posent sur la façon dont il est enseigné. Trois enseignants et chercheurs ont mené l’investigation. Miruna Radu dirige le master d’Advancia, Catherine Laizé dirige le master de Négocia et Denis Cristol dirige la formation continue d’Advancia et de Négocia. La recherche entreprise au sein  d’Advancia et de Négocia deux écoles de management de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris a mobilisé 13 spécialistes et chercheurs ayant exploré et mis en évidence les fondements théoriques de la question et étayés leurs découvertes sur la base de recherches empiriques. L’ouvrage prend le contre pied d’un grand nombre d’idées reçues sur les qualités essentielles du leader ou les typologies simplifiées. S’il ne prétend pas tout dire d’un sujet inépuisable, il introduit des perspectives neuves dans la façon d’aborder la question du leadership, faisant une plus large part aux contextes et aux situations. La première partie revisite les dernières théories sur la question du leadership et abat le mythe du leader solitaire et héroïque  pendant que la deuxième partie montre comment aujourd’hui il est possible concrètement  d’enseigner et d’apprendre autrement le leadership.

Le premier chapitre  débute par le leadership politique peut être à la base de nombre de stéréotypes ou d’exemples pratiques. Il explore comment la pensée politique s’est saisie de la question. Si un primat politique est posé l’étude épistémologique à suivre dans le deuxième chapitre est précieuse dans un champ qui se préoccupe souvent de recettes et moins de bases solides et vérifiées. Dans ce sens l’apport permet d’étayer ce qui pourrait constituer une science du leadership. Le chapitre trois étudie le rôle modérateur du leader  dans l’émergence et la mise en œuvre de compétences collectives. Le leader est associé à l’équipe. C’est les liens qui s’établissent dans les configurations collectives qui produisent des  impacts sur la performance des équipes. S’il est admis qu’il existe de nombreux types de leadership voire même des actes de leadership la mise en perspective d’un leadership distribué offre un nouveau regard.  Contestant frontalement le leader solitaire il oblige à poser des questions sur les enjeux et sur les mises en œuvre. Une autre contestation d’idées approximatives est développée dans le cinquième chapitre  consacré au lien entre genre et leadership. Il s’agit là d’examiner comment le leadership peut permettre un dépassement du genre. L’entrepreneur par sa capacité singulière à s’engager est dans le même tropisme idéal que le leader le regard croisé sur l’entrepreneur et le leader montre la aussi la limite de l’exercice solitaire.

La deuxième partie s’intéresse aux pédagogies du leadership. Le chapitre huit fait un état des limites de l’enseignement et de l’apprentissage du leadership tant en formation initiale qu’en formation continue. Il montre toute la dimension expérientielle de cet apprentissage particulier. Le chapitre à suivre creuse la question et s’intéresse aux perspectives historiques et culturelles de son enseignement. Viennent ensuite plusieurs chapitres qui s’efforcent de proposer des méthodes pour appréhender cette matière si subtile. Les potentialités de l’enseignement heuristique du management de proximité par les incidents critiques est ainsi mis en avant, de même qu’un dispositif prospectif de co-construction des compétences des managers et de leaders au sein d’une grande école. Le chapitre revisitant l’apprentissage expérientiel à partir d’une activité réfléchie d’escalade offre des perspectives pour les candidats volontaires. Enfin, l’apport de l’apprentissage est analysé de même que celui d’un incubateur autorisant à penser l’apprentissage comme le développement de son talent au sein d’un environnement favorable. Le dernier chapitre décrit des histoires de leadership partagé au gré d’événements professionnels. 

En conclusion les auteurs, face à la complexité de la question de l’apprentissage et de l’enseignement du leadership, se risquent à des conseils pour les formateurs et les apprenants.

Il est à noter la préface de Frank Vidal dirigeant de l’école de commerce Audencia et la postface de Bertrand Collomb Président d’honneur de Lafarge qui ouvrent et concluent l’ouvrage en affirmant avec les auteurs que oui être leader cela s’apprend mais que le chemin est loin d’être aisé.

Commenter cet article