Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

L'innovation pédagogie est-elle un leurre? Il semble que chacun réinvente des manières d'apprendre et d'enseigner à travers le temps. De multiples exemples nous rappellent toute la difficulté de faire du neuf. Il y a souvent niché dans l'histoire un homme ou une femme qui a déjà emprunté un chemin original ou différent. Par exemple ne-peut on pas dire qu'en matière de "horse coaching" qu'on nous présente comme particulièrement innovant des précédant célèbres ont déjà repéré les effets de révélation mutuelle de la rencontre entre un homme et un cheval? Le célèbre face à face entre Alexandre (le grand) et le cheval Bucéphale cité par Plutarque ne fut il pas initiateur? N'avait-on pas déjà découvert que cette situation était apprenante pour la formation d'un chef?

De même lorsque l'on prétend que l'apprentissage systématique du travail est un héritage de l'Organisation Scientifique du Travail n'a t-on pas tôt fait d'oublier la leçon de management de Xénophon qui nous enseigne l'art de fabriquer des cothurnes (sandales) et de contrôler leur qualité?

On nous parle de co-développement, d'apprentissage de la collaboration, mais qui a lu la règle de saint Benoît qui a tenu unis pendant des siècles des communautés religieuses et leur a permis de résoudre des problèmes et d'agir ensemble.

Il est de bon ton de parler de mindfulness et de s'inspirer des pratiques de méditation des moines bouddhistes pour aborder les pratiques de réflexivité, mais qui a lu les exercices de méditation de Saint Ignace de Loyola?

On évoque aussi les "ballades urbains, les surréalistes avaient déjà évoqué l'errance dans la ville. Mais que faisaient les philosophes péripapéticiens?

Quand au "learning expedition" Ibn Battuta, Hérodote, l'abbé Saint Brendam n'ont-ils pas ouverts la voie avec leur voyage et périgrination?

Il est encore possible de voir les réseaux sociaux comme l'ultime nouveauté mais connaissons nous les travaux d'un précurseur de la sociologie du XVeme siècle, Abou Zeid Abd ur-Rahman Bin Mohamad Bin Khaldoun?

Alors quand les tuteurs remplacent les précepteurs, que les coachs prennent la fonction des directeurs de conscience et des confesseurs que le théâtre dédié à la formation de la noblesse au XVIIIeme siècle est actuellement suivi par du théâtre d'improvisation ou du théâtre forum peu de chose changent radicalement. Quelques éléments changent mais les fondamentaux semblent perdurer.

Les exercices de Démosthéne qui consistaient à apprendre l'éloquence et l'articulation avec des cailloux dans la bouche perdurent. On a juste remplacé les cailloux par un bâton. Plus on cherche des manières d'organiser les échanges et d'apprendre en groupe, plus on redécouvre des manières anciennes par hasard. Les cloitres des grandes abbaye havre de paix, munie de bibliothèques, d'alcôves et de jardins d'agrément ont -ils des choses à envier à un googleplex? Ne sont-ils pas à la fois apaisant et inspirant?

L'héritage gréco-latin, les humanités et la façon de les appréhender sont un capital à redécouvrir. On s'aperçoit parfois qu'il y a au-delà de l'enveloppe religieuse des pépites à redécouvrir.

Ne nous laissons pas abuser par quelques anglicismes ou effets de mode qui claquent dans une prise de parole, mais qui témoignent parfois d'une méconnaissance d'un patrimoine qui était basé sur d'autres valeurs que l'utilité immédiate ou le marketing.

Dieu qu'il est difficile d'innover !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article