Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Le plan de formation est à la formation ce que la rentrée des classes est au journal de 20h : un marronnier. Chaque année à la même période, il faut en passer par là. Oui, mais quand cet outil a été imaginé, le monde était bien plus prévisible qu'aujourd'hui. Le monde était industriel. Les marchés, portés par l'offre de production satisfaisait la consommation de masse. L'accès à la formation était associé à la promotion sociale. Celle-ci faisait l'objet de négociation entre les employeurs et les représentants des salariés. Chaque partie avançait ses priorités. Un équilibre s'établissait entre l'individuel et le collectif. Mais, de l'eau a coulé sous les ponts. Les discussions se sont décalées sur le front de l'emploi. Petit à petit la formation professionnelle continue est devenue un rituel dont le symbole est le rapport accablant et la réforme annuelle. vite engluée dans le marécage du système.

Si l'établissement du plan de formation reste un exercice utile pour se forcer à se projeter dans le temps, il peut s'enrichir de nouvelles perspectives. Dans un monde de service individualisé, où l'accès de l'information est facilité (en France 80% des français disposent d'internet), ou des cours sont disponibles gratuitement en ligne (cf la déferlante des MOOC), la négociation entre partenaires gagnerait à se porter sur les véritables enjeux. Je veux parler des conditions pour que les apprentissages invisible du quotidien se déroulent au mieux et soient mieux reconnus.

Pourquoi ne pas imaginer un plan de développement des apprentissages qui englobent plus que les apprentissages visibles, formatés et soit-disant mesurables ? Pourquoi ne pas tenir compte et susciter des apprentissages informels, en ligne ou en situation de travail que les canons traditionnels n'avaient pas prévus ? (il n'existait pas autant d'ordinateurs dans les années 70).

Un plan de développement des apprentissages serait un casse tête comptable, mais présenterait l'intérêt de mettre à l'agenda des questions aussi essentielles que le rôle des managers dans les projets de développement des compétences, la culture de l'apprendre, l'autonomisation des apprenants. Une telle vision du plan ouvrirait à de nouvelles modalités pédagogiques, prenant mieux en compte les situations de travail et envisageant les effets apprenants des projets conduit au travail. Il autoriserait à repenser la formation en partant de l'apprenant. Il s'agirait de partir des apprentissages plutôt que du plan de formation et de ses auxiliaires, le budget et la feuille de présence car ces outils de gestion n'ont jamais rien dit du retour sur investissement, ou de l'attention nécessaire pour apprendre. Passer du plan de formation au plan de développement des apprentissages est un challenge pour les comptables chargés de vérifier que les moyens engagés à bon escient mais une vraie bouffée d'oxygène pour les pédagogues ainsi invité à repenser les écosystèmes d'apprentissage.

Du plan de formation au plan de développement des apprentissages

Commenter cet article

Autoboss V30 Elite 10/09/2013

thank you for your sharing