Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Christophe Assens est maître de conférences à l’université de Versailles Saint Quentin en Yvelines. Son sujet de prédilection est le management des réseaux. C’est tout l’objet de ce livre que de proposer un regard sur la manière dont les réseaux peuvent permettre de sortir d’une crise politique en retissant du lien. L’introduction nous rappelle quelques bases sur la sémantique des réseaux à partir du mot latin retis : filet. Elle montre qu’un réseau ne se résume pas à une plate-forme technique. Elle offre des comparaisons entre les réseaux américains ou la solidarité dans l’économie de marché, les réseaux italiens ou la solidarité dans le cercle familial et la solidarité à la Française avec le rôle de l’état providence. Trois parties composent le livre. Dans la première partie, un ensemble de liens est établi entre réseau et capitalisme. Le principe d’équité entre contribution et rétribution n’étant pas respecté la valeur ajoutée est mal répartie et la financiarisation conduit à des décisions de courts termes qui mettent à mal les réseaux internes. Les mécanismes de régulation ne fonctionnent plus. Des dégradations s’en suivent sur l’environnement, sur les marchés, sur tous les réseaux parties prenantes de l’entreprise. Au sein des entreprises, les réseaux distribués (autogouvernance), les réseaux pilotés (gouvernance hiérarchique), les réseaux administrés (gouvernance démocratique), sont les différents modèles qui amortissent plus ou moins les dérégulations. Dans la seconde partie les fonctionnements d’entreprise en réseau sont analysés. L’organisation en réseau y serait même perçue comme le graal permettant de remplacer le couple hiérarchie/marché. Le réseau par son fonctionnement hybride est en fait une quasi firme ou un quasi marché. C’est ce fonctionnement qui permettrait de la souplesse. Dans ce type de fonctionnement c’est le management de et par la confiance qui s’impose. Dans la troisième partie, les territoires sont regardés à l’aune des réseaux, à l’échelle d’états-nations, à l’échelle régionale (écosystèmes d’affaires), à l’échelle du réseau de l’entreprise locale et à l’échelle d’une ville. En conclusion, l’auteur dresse des pistes pour réconcilier aspiration sociale et compétitivité, réduire la complexité du monde et faire du lien social une richesse économique. Cet ouvrage est une bonne contribution à la compréhension des réseaux et de leurs inter-relations.

Commenter cet article