Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par CRISTOL DENIS

Une image mettait en garde les pédagogues, formateurs ou enseignants. Apprendre n'est pas comme remplir un cerveau avec une cruche pleine de connaissance. C'est un processus plus complexe, d'auto-saisissement de soi et de projection vers une situation désirée. C'est une exposition de soi à de situations sociales ou naturelles qui stimulent le cerveau et tout le corps, c'est une immersion dans la vie et ses multiples expériences. Le bourrage de crane ne fonctionne pas. "Mieux vaut une tête bien faite qu'une tête bien pleine" disait Montaigne. C'est toujours vrai.

Avec les "Learning Management System", on a organisé de l'arrosage automatique. La cruche a été remplacée par une tuyauterie. La main contrôle toujours les connaissances à déverser mais la posture de l'apprenant reste toujours aussi passive. Ce qui compte c'est toujours la mise en mouvement et le contrôle par une institution. Il faudrait en fait parler de "Teaching management system", tellement la place de l'apprenant se résume à faire ce qu'on lui demande, et tellement tout est centré sur le formateur (voire son administration toujours gourmande en statistiques et en chiffres : learning analytics).

A chaque fois que l'apprenant est seulement mis en situation de réagir à des consignes, des vidéos, des quiz des textes, le pédagogue gagne à se demander "comment créer plus d'interactions?", "comment mieux solliciter le cerveau et l'envie de l'apprenant?", "comment associer l'apprenant à la construction de ses propres objectifs d'apprentissage?" C'est en répondant à ces questions qu'il sera possible d'éviter d'affaiblir les capacités de discernement et d'auto-motivation d'un individu. Cela nécessite aux pédagogues de faire preuve d'imagination et de ne pas prendre pour argent comptant qu'une méthode, une philosophie, une technologie (aujourd'hui l'informatique), une technique sont suffisantes.

En permanence, il s'agit de rester sur le qui-vive et de se demander si les cadres d'apprentissages proposés sont suffisamment stimulants pour que l'apprenant soi aux commandes de sa propre dynamique.

Le remplissage automatique des cerveaux
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Dominique Cufi 10/01/2018 09:22

Cher Denis... Cent fois sur le métier il faudra batailler contre les vieilles lunes J admire ta constance Merci

cristol 10/01/2018 09:44

Le combat est difficile car ceux qui prennent les décisions jugent sommairement. Ils se passent d'avoir des connaissances consistantes en matière éducative et pédagogique. Ils sont allé à l'école cela leur suffit pour juger. Cela est vrai dans de nombreuses entreprises et parfois jusqu'au sommet de l'état.

cristol 09/01/2018 17:35

On peut le faire à chaque fois que les apprenants construisent eux-mêmes leur cadre d'apprentissage et bâtissent leur propre situation et activité pédagogique. C'est extra-ordinaire comme approche

sigaroudi sylvie 08/01/2018 11:20

Bonjour,


Par le plus grand des Hasards, nous avions un échange sur ce sujet sur le centre de ressources et de formation:
Apprendre n'est pas comme remplir un cerveau avec une cruche pleine de connaissance. C'est un processus plus complexe, d'auto-saisissement de soi et de projection vers une situation désirée. Il s'agit bien de tisser deux fils différents: motivation et faisabilité. L'un manque et pas de tissage.
Comment élaborer des systèmes, une ingénierie qui croise ces deux fils?