Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par CRISTOL DENIS

Démocratie. Histoire d'un mot aux États-Unis et en France. Francis dupuis-deri. Lux éditeurs. 2019.
Depuis 2000 ans l'idée née en Grèce d'un peuple qui se gouverne seul ne cesse d'agiter les philosophes. Cet ouvrage est la mise en forme d'une thèse de sciences politiques soutenue au Canada. L'auteur a un point de vue critique sur l'usage du  concept de démocratie dans la sphère publique brandi par les pères fondateurs américains et français. Pour lui la démocratie dont on drappe les discours n'a rien à voir avec l'utopie première. Les recherches menées sur les textes de révolutionnaires français ou des politiques et patriotes américains sont même particulièrement  méfiants voire carrément hostiles à ce pouvoir que le peuple ne saurait exercer. La lecture est même édifiante tant le gouvernement du peuple est décrit comme provoquant le chaos et la tyrannie. Ce qui se dessine derrière la sémantique et son usage, ces serait même là perpétuation des privilèges et la recherche d'une protection des riches contre les pauvres. Dans son argumentation l'auteur n'a de cesse que de montrer les limites de la démocratie représentative au regard de l'alternative d'une démocratie directe. Mais même là, il pousse le doute assez loin en s'appuyant sur les travaux du politologue Robert Michel  qui démontrent comment même les systèmes contestataires produisent leurs petites élites qui s'arrogent alors le pouvoir de décider pour les autres plutôt qu'avec eux. La démocratie peut alors être qualifiée d'absolue et le regime de despotisme représentatif. On peut lire en filigrane des positions de l'auteur un penchant pour une forme élaborée d'anarchie qui suppose un sens élevé de la coopération. Cette forme peut être héritière de l'égalitarisme prôné par un Babeuf pendant la révolution française.
Deux siècles plus tard alors que la planète entière semble penser que démocratie est synonyme de régime électoral toute expérience d'un véritable pouvoir populaire se heurte toujours au mépris des élites. L'ouvrage est devenu un classique de la critique de la démocratie. Peut-être parce que  son argumentation est étayée par plus de 1200 références et  notes. Ce livre est une belle opportunité pour remettre de la nuance entre les mots couramment utilisés et dont le sens s'etiole à force de mesusage. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article