Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par CRISTOL DENIS

source denis cristol

source denis cristol

 

1.Pouvez-vous décrire les grandes étapes de votre trajectoire professionnelle ?

J'ai d'abord travaillé dans l'insertion de jeunes puis organisé  la formation dans l'industrie et formé des cadres. Je me suis aperçu que les managers se formaient surtout par friction avec leur équipe et leur organisation plutôt que dans des stages. J'ai à ce moment entrepris une thèse pour creuser sur cette question. Ensuite j'ai travaillé dans une business school à la formation de dirigeants commerciaux entrepreneurs j'ai rejoint le CNFPT pour développer de l'innovation pédagogique, soutenir la création de communautés d’apprentissage  et un réseau de Learning Lab très équipe technologiquement, puis j'ai rejoint l'association progrès du management qui s'active au développement de clubs de dirigeants.

 

2.Comment en êtes-vous arrivé à vous intéresser à l’Apprenance ?

Dès ma thèse j'étais sensibilisé a l'importance du désir d’apprendre. Les stages obligatoires de mauvaises qualités servent peu leur objectif.   J'ai exploré la formation des adultes j'ai trouvé la notion d'apprenance en consolidation  et intéressante quoique limitée au niveau psychologique or les contextes sont très importants à prendre en compte.

 

3.A quelle occasion vous êtes-vous rapproché des travaux de Peter Senge ?

Lors de mes études universitaires j’ai mené un mémoire sur la constitution des équipes performantes et j'ai lu Senge. Puis à l'occasion ďune rencontre il y a 12 ans avec l'actuel président de SOL France il dirigeait l'université de vente de l'Oréal. Jai pris une semaine de congés et j'ai mené une recherche sur un trainer's camp et j'ai observé l'organisation apprenante à l'œuvre. J'ai adhéré à sol France tout de suite.

 

4.Quand avez-vous intégrez SoL France ? Avec quelle ambition ?

J'avais été bluffé  par la fluidité des échanges et par la qualité relationnelle des praticiens qui fréquentaient sol France. J'ai eu envie d'apprendre plus d'intelligence collective en fréquentant sol France et ses pratiques pour augmenter l'impact de mes actions d'accompagnement des organisations.

 

5.Dans les différentes recherches que j’ai pu faire, il semble que l’Apprenance soit, dans les représentations collectives, assimilées à des pratiques d’entreprises, êtes-vous d’accord avec cela ? A votre avis pourquoi ?

Les entreprises parlent beaucoup d'apprenance mais elles évoquent non pas le désir d’apprendre mais plus souvent des processus d'appŕentissage améliorés. Les recherches en sciences de gestion se sont saisie de la notion et elles en ont fait un attribut de la performance. L'impasse réside dans le fait qu'apprendre est une expérience singulière qu'une organisation ne saurait si aisément dominée car toute en intériorité.

 

6.Cet analogisme n’est pas d’hier et pourtant il peine à être identifié, connu et reconnu des organisations, des entreprises, des professionnels de l’emploi et de la formation et des individus eux-mêmes. Comment l’expliquez-vous ?

Il y a un côté conservateur dans le monde de la formation, il y a aussi un fantasme de la transmission, or l’apprenance c'est le désir d'apprendre, un rapport au savoir individuel, phénoménologique. Cela complique la vie des organisateurs qui n'ont pas envie de remettre en cause leur pratique ou n'en n'ont pas la possibilité pour des raisons économiques.

7.Pensez-vous que ce regard a évolué ?  Qu’elle est sa place aujourd’hui dans ce paysage déjà complexe qu’est celui de la « compétence » ?

J'évite le mot  compétence qui s'est fortement développée avec les accords de Deauville dans un deal patronat syndicat  je préfère l'idée des capabilités développée par Amartya Sen, prix Nobel d'économie. Les capabilités nous connectent au vivant et à ses ressources pour agir pendant que les compétences nous enferment dans des grilles de critères posées a priori.

 

8.Avez-vous mené des expérimentations qui visent des rapprochements entre ces deux mondes ?

La compétence est une notion polysémique faiblement étayée en théorie mais de forte portée pratique. Elle est au cœur de nombreux malentendus. J'évite den rajouter.

 

9.Pensez-vous que France Compétence reconnaît l’Apprenance et de quelle manière ?

Je veille  mais j'ai abandonné tout intérêt pour les organismes institutionnels qui prétendent réguler ce que devrait être l'apprentissage à partir  du moment où j'ai compris que le mot vivre et le mot apprendre étaient interchangeables. L'apprenance est un désir qui nous traverse et ne saurait si facilement être codifié. J'ai l'impression que France compétences organise un marché de la formation, c'est probablement une bonne idée pour la formation, je doute que cela apporte à l'apprenance.

 

10.Au regard de vos travaux, pensez-vous qu’il faille un profil spécifique pour travailler dans une entreprise apprenante ?

Il faut avoir envie d'apprendre avec les autres  rendre le travail facile aux autres, probablement de travailler sur soi en humilité et développer des qualités d'écoute et d'empathie pour aider les autres.

 

11.Quid des profils qui ne seraient pas à même de répondre à ces critères, pourrions-nous convenir qu’ils ou elles pourraient se retrouver en difficulté dans un tel environnement ?

Elles pourraient être embarquées par les autres et leur capacité à apprendre non seulement pour soi mais pour la communauté.

 

12.A votre avis, est-ce l’Homme qui construit l’organisation, où l’organisation qui construit l’Homme ?  Ces interdépendances sont-elles valorisées, si oui de quelle manière ?

Il convient de distinguer les environnements des milieux. L'environnement est conçu en extériorité c'est comme une organisation décors dans laquelle est posé l'individu  et il fait ce qu'on lui demande. Le milieu est interaction continue l'individu y apporte une part de lui même et le façonne car il est concerné. Quand les organisations sont trop rigides elles calcifient toutes les initiatives. L'organisation n'est plus vivante et ne vit plus.

 

13.Comment qualifieriez-vous l’Apprenance ?  Iriez-vous jusqu’à dire que l’Apprenance est une question qui relève de transdisciplinarités ; sciences humaines et éducatives, psychologie, sociologie, anthropologie, neurosciences…/ un Art de vivre en somme ?

Gaia est une planète apprenante qui s'adapte aux conditions qui lui sont faites. Les sociétés  les territoires, les villes apprennent, les organisations et les équipes apprennent. Mais les processus observés au niveau mundo, macro, méso ou micro nécessitent un outillage théorique et méthodologique spécifique. Chaque niveau mobilise la discipline adaptée.

 

14.Pensez-vous que ces rapprochements requestionneraient les évaluations des politiques publiques, des systèmes et des appareils ? Si oui, pensez-vous que certaines ouvertures soient possibles ou au contraire les ancrages culturels sont tels qu’il semble difficile d’accompagner les transformations des systèmes même si tout le monde partage le diagnostic d’une incapacité à répondre aux enjeux à la juste échelle du besoin ?

Les institutions sont faites pour conserver la stabilité des systèmes. Elles laissent faire mais encouragent rarement l'introduction de nouveautés. Elles se saisissent des innovations quand celles-ci ont fait leur preuve et apportent une valeur ajoutée.  Des ouvertures sont possibles quand des innovateurs parviennent à nourrir des imaginaires. Ceux-ci sont plus à même que les projections des gestionnaires à dessiner des futurs. Quand un humain seul imagine c'est un rêveur mais quand d autres le suivent il se transforme en pionnier et les choses bougent.

 

15.Diriez-vous que la COVID a amené des transformations majeures ou relèvent-elles d’une adaptation à un évènement comme nous en avons déjà connu dans l’histoire ?

Le covid marque l'accélération des zoonoses ces maladies qui passent du monde animal au monde humain. Il y a eu également une covidisation des esprits qui réhabilite la proximité d'un territoire, la prise en compte de plus de sens dans les choix et surtout une relation plus harmonieuse à la planète.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article