Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par CRISTOL DENIS

 

 

homme-technologique.jpgDeux possibilités d'internet se présentent devant nous : un internet ouvert et un internet fermé. Le premier est l'utopie qui s'attache aux pionniers concepteurs des moyens de libérer et de faire circuler le savoir. Le second est celui des gestionnaires et des marchands qui souhaitent réguler, mesurer et tirer profit de la situation numérique. Ces deux visions se composent d'ailleurs plus qu'elles ne s'opposent. Dans l'immensité du "far-web" on trouverait de tout. Près de 40% des informations concerneraient d'ailleurs du pornographique. Mais, après la mise en valeur du sexe, une vieille activité humaine, c'est le savoir, une autre passion humaine plus ou moins structuré, plus ou moins fiable qui se répandrait offrant une possibilité de découverte par soi même et d'émancipation. Chacun aurait même la possibilité de se lier et de se rencontrer (virtuellement). A en croire les printemps arabes, certains sauraient libérer des énergies et inciter à des rencontres bien réelles celles-ci. En France chacun passerait en moyenne une heure sur internet. Cette liberté permettrait d'apprendre seul ou à plusieurs, de faire connaître sa passion, de se faire reconnaître, d'occuper des espaces d'expressions réputés non-rentables par les médias ou autorités traditionnelles. Cette vague "libertaire" s'accompagne dans le même temps et pour la première fois depuis longtemps d'un équipement technologique par les salariés eux-mêmes d'un équipement technologique qui vient perturber ou concurrencer le matériel fournit par les organisations.

Dans le même temps, les gestionnaires et commerciaux cherchent à utiliser le média pour vendre. les magasins.com des grands réseaux de distribution, une fois réglés les problémes de logistiques sont devenus les premiers points de ventes. Mais internet permettrait aussi de réguler l'activité à distance. L'organisation de plate-forme serait un moyen de faire se rencontrer des communautés professionnelles pour qu'elles échangent entre elles. Internet serait aussi une façon "moderne" de construire de la e-reputation et de fournir de nouveaux services publicitaires. Cet internet est aussi certainement qui permet au premier d'exister et de financer nombre d'infrastructure.

En effet l'internet du partage et celui de la vente co-existent intimement et ne savent se passer l'un de l'autre. L'un produit un intérêt, des engagments, de la curiosité, le second donne des moyens. Il est donc à parier que cet équilibre va perdurer, car dans le même temps que les hommes de marketing imaginent des astuces pour séduire toujours et encore, des utilisateurs imaginent de leur côté ou détournent des usages. Cette force dynamique qui s'enclenche autour de l'imagination est fort stimulante et permettra certainement encore de nouvelles inventions.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article