Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par CRISTOL DENIS

 

Le récit de cette manageuse est marqué par le thème de la promotion sociale. Parti dans la vie professionnelle avec un niveau Bac+2 en Bureautique, c’est le récit de l’apprentissage d’un métier qui s’avère à l’expérience une passion. Passion qui conduit progressivement la narratrice a développer ses compétences, à chaque prise de poste jusqu’à les faire reconnaître dans une VAE.

Si le milieu familial initial confronte rapidement à la responsabilité : parents handicapés qu’il s’agit d’aider dés l’âge de 12 ans, c’est le monde de l’entreprise qui offre ces terrains d’apprentissage les plus forts. Le premier terreau d’apprentissage est un grand groupe métallurgique de forte tradition sociale qui permet de lancer la carrière dans des responsabilités de plus en plus grandes. La formation « promotion cadre » apparaît comme la rampe de lancement d’une deuxième partie de carrière. La formation permet à la fois d’acquérir des méthodes en particulier en conduite de projet, mais également à reconfigurer sa vision de l’entreprise. Le groupe de stagiaires également entrés dans un cursus de promotion cadre joue comme une matrice et permet de construire une identité cadre. La réussite professionnelle avérée donne l’opportunité de gérer des budgets de formation élevés jusqu’à un million d’euros, et d’apprendre à faire face au stress. « ça nous permet de nous prouver à nous est ce que je suis capable de gérer une telle somme. Alors après c’est toujours une réussite et une satisfaction quand on y arrive derrière ». Le départ du grand groupe international vers une structure en réseau de plus petite taille permet d’élargir son spectre de responsabilité et de construire sa légitimité en même temps que de consolider une fonction formation fortement impactée par une réforme majeure de la formation professionnelle. Cette double opportunité renforce encore la crédibilité professionnelle, la narratrice voit alors son rôle reconnu dans les instances professionnelles de la branche et dans les négociations sociales touchant à la formation.

L’obtention d’un mastere RH par le moyen de la VAE se pose alors comme une satisfaction personnelle, mais c’est aussi l’apprentissage d’une autre façon d’apprendre : d’une part grâce au dialogue qui s’instaure avec son accompagnatrice « on a des phases d’écriture et puis on envoie le travail au consultant qui nous fait des interrogations, qui nous fait d’éventuelles corrections, en fait qui nous fait des retours par rapport à ce qu’on a écrit », mais également par échange avec ses proches « j’ai beaucoup d’amis qui ont aujourd’hui entre 32 et 38 ans et j’en ai trois  quatre qui font parallèlement des démarches VAE, soit par rapport à des bac+5 comme moi, soit pour des niveaux bac ou bac+2 ». Ce réseau de sociabilité semble contribuer à l’étayage de la motivation. Enfin le sens de la carrière et de la trajectoire professionnelle semble guidée par l’histoire familiale en particulier  le destin d’un grand-père qui finit sa carrière comme leader syndical d’une grande centrale. De là semble découler un défi à soi même « j’avais décidé que je serai cadre- manager à trente ans ».

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article