Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par CRISTOL DENIS

 

 

ascenseur.jpgIl est possible d’apprendre à sourire. Bien sûr au début cela paraîtra forcé, peut naturel, pour ainsi dire emprunté.  Mais  ni plus ni moins que d’autres de nos comportements que nous déroulons par routine.

Comment s’y prendre pour dérider son visage et mettre un peu de gaité dans sa vie ? Nous préconisons de saisir les occasions ou une glace, un miroir sont à portée de vue pour tester nos muscles zygomatiques. Plutôt que de rester les bras ballant dans un ascenseur, pourquoi ne pas sourire ? En commençant avec son reflet on ne court pas le risque du jugement ou de perdre la face. Vos premiers sourires seront peut être jugés par vous grimaçants, du moins au début, mais petit à petit une prise de distance sur son image peut vous aider à voir un reflet amical, puis franchement sympathique. Et avouez-le, seul grimaçant face à la glace d’un ascenseur prête à rire et même franchement de bon cœur.

Quand on s’entraîne dans les ascenseurs, on finit par se faire surprendre à grimacer, avec un peu de recul on peut rire sur soi-même. La situation est plutôt drôle et donne un sujet de conversation  aux autres voyageurs. On leur sourit pour de vrai.

Petit à petit à force de refaire l’exercice dans une variété de situation, le sourire vient facilement aux lèvres rien qu’à l’idée de passer devant un miroir ou de s’approcher d’un ascenseur. Ce qui était une grimace se transforme en bonne farce, puis en sourire simple et décontracté.

 

Le conseil du coach: le ridicule est aussi un apprentissage, apprendre à rire de soi, de ses maladresses et de ses difficultés avec des choses qui paraissent à tant d’autres naturelles est une façon de se connecter à ses propres limites. Osez apprendre de soi-même.

 

Citation

"On façonne les plantes par la culture, les hommes par l'éducation…" "Cette éducation nous vient de la nature, ou des hommes, ou des choses…" "…chacun de nous est donc formé par trois sortes de maîtres. Le disciple, dans lequel leurs diverses leçons se contrarient est mal élevé et ne sera  jamais d'accord avec lui-même. 

Jean Jacques rousseau - L'Emile

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article