Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par CRISTOL DENIS

 

 

 

 

Brigitte Boussuat, Patrick David et Jean-Marie Lagache se présentent comme des consultants expérimentés en management d’équipe, ou de commerciaux. Ils se sont unis pour produire un guide opérationnel qui repose sur un langage clair et accessible à tous. Pour situer cette production nous pouvons rappeler l’ouvrage quoiqu’un peu ancien de Barthélémy-Ruiz (1993)[1], qui donne des pistes de recherche intéressante sur les principaux mouvements de la pédagogie par le jeu et sur les supports et jeux utilisés en formation d’adultes. Plus spécifiquement en management, plusieurs éditeurs sont spécialisés dans la production de ressources pédagogiques à destination des formateurs au titre desquels il est possible de compter : Retz, ESF, Editions d’organisation, Marabout et Egico. Le livre ici présenté s’inscrit dans cette pédagogie ludique ou la forme nourrit le fonds. Face à la complexité des situations rencontrées, l’apprentissage du management par les couleurs peut prêter à sourire. Cela serait faire fi du pouvoir évocateur et de la facilité de mémorisation que les couleurs favorisent. Chacun se souvient bien sûr du prisme de décomposition de la lumière blanche décomposé par Isaac Newton vers 1665, peut être également du cercle chromatique d’Eugène Chevreul à l’origine de la peinture impressionniste (et de ses chefs d’œuvre). Tout est révélé de l’essence de l’ouvrage dans ces deux allégories : le monde se décompose en une infinité de nuances, il s’agit dés lors de connaître les constituants initiaux pour mieux en saisir les relations qui se déclinent à l’infini. Les couleurs jouent alors comme une boussole pour ressentir et se guider le monde. Finalement l’approche apparaît familière car elle s’inscrit dans une tradition ou Hippocrate avait en son temps remarqué quatre types de comportements : colérique, flegmatique, mélancolique et sanguin, ou Jung plus tard décrivit quatre fonctions : sensation, intuition, pensée et sentiments, et ou Marston enfin le père du polygraphe (la machine à détecter les mensonges) avait déterminé quatre style : dominance, influence, stabilité, et conformité. Si les problématiques managériales traitées sont classiques : savoir être pour manager, communiquer, s’adapter, identifier ses forces et faiblesses et bâtir son plan d’action, analyser, anticiper, décider, fixer des objectifs, organiser, planifier, recruter et intégrer, développer, coacher, déléguer, contrôler, évaluer conduire ses entretiens annuels de développement, motiver, stimuler, challenger, conduire une réunion, réguler le stress, gérer les conflits et piloter le changement. L’approche s’appuie résolument sur la prise en compte des comportements auxquels sont associés les quatre couleurs : jaune, vert, bleu, rouge, et les relations qu’entretiennent entre eux ces différents styles relationnels, le sien mais également celui de ses collaborateurs ou des différents membres de son environnement professionnel, clients ou patrons. Les quatre comportements dominants décrits le sont par rapport à chaque problématique managériale. Voici quelques traits qui les caractérisent. Le rouge tout d’abord. Il est énergique, adore les défis. Il est exigeant avec lui et avec les autres, c’est un authentique gagneur, un leader même si son leadership s’exerce en jouant des coudes et en pratiquant le passage en force. Le jaune sera facile à repérer. C’est un boute en train. Il adore jouer, plaisanter. Il est bavard et a toujours quelque chose à dire. Amical et apprécié, il est optimiste et a toujours une vision des hommes et des situations. Il évite la confrontation et les conflits et aura un réel talent pour résoudre ceux auxquels il est mêlé. Il sait fait preuve de créativité, mais développe aussi un côté inorganisé et superficiel en apparence. Le vert est un personnage discret et humble habitué à ne pas montrer ses émotions. Il est calme posé modeste. C’est l’anti-gesticulateur. Il prend des notes. Il pose des questions de fonds. Il est apprécié par l’équipe pour sa disponibilité et sa fiabilité, pour son altruisme. C’est un équipier loyal. Il déteste les conflits et est attaché aux valeurs de l’harmonie. Il a besoin de temps pour réfléchir et se décider. Le bleu est un analytique. Il est extrêmement méticuleux et pointilleux. Il a un besoin aigu de détail. Il est exemplaire par son esprit méthodique, et par son sens de la préparation. Il étudie toutes les situations, pèse et évalue. Son sens critique est étayé d’éléments probants et factuels qui rendront son point de vue pertinent. Au-delà de cette description comportementale très succincte, le livre rend explicite dans une variété de situations professionnelles les agissements et réactions de ces personnages. Les esprits chagrins pourront arguer d’une simplification outrancière des comportements humains sous des étiquettes colorées, mais la combinatoire des couleurs permet d’enrichir l’analyse. Enfin, tout en laissant une large place au style personnel de chacun, le bouquin comporte de nombreuses recommandations sur les relations inter-couleurs, un test pour définir son profil comportemental, des autoévaluations et exercices d’entraînement, des situations managériales types et des fiches de synthèses. Si vous souhaitez colorer le management de vos équipes et sortir d’un monde trop gris, couleur passe-muraille, l’adoption d’un langage des couleurs rehaussera votre quotidien.

 

 

 



[1] Barthélémy-Ruiz C (1993), Le jeu et les supports ludiques en formation d’adultes, Les éditions d’organisation, Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article