Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Il n'est pas si facile d'apprendre la démocratie et de la mettre en œuvre, voire même de s'organiser pour voter. Si le mouvement "Nuit debout", rappelle la "chienlit" pour les uns (surtout à droite), est copieusement méprisée par d'autres (autoproclamés de gauche) qui lui pronostiquent un "crépuscule couché", ou préféreraient un "jour debout", Nuit Debout continue a débattre à s'auto-organiser et même si pour l'instant les choses paraissent peu avancer, à grossir ses rangs grâce à sa maîtrise des réseaux sociaux en ligne.

Les débats sans fins de l'Assemblée Générale, cœur du rassemblement parisien, place de la république s'enchaînent et égrainent des sujets, toutes les 2 à 3 minutes, comme autant de cahiers de doléance. Des commissions ne cessent de se créer (plus de 80) pour alimenter le débat. Elles sont mises en place comme autant de cercles de parole. Ces forums ouverts sont habités par des jeunes adultes qui se rassemblent, échangent et confortent des idées généreuses sur le droit au logement, l'accueil des immigrés, le climat, les violences faites aux femmes, l'écriture d'une nouvelle convention, l'extension du mouvement, les actions concrètes à mener etc..

La mystique révolutionnaire est présente. Les slogans sont écrits avec les moyens du bord sur des cartons, une bibliothèque partagée est installée dans la logique des biens communs, une cantine, et tout un ensemble de stands supportant des causes en faveur des minorités ou pour lutter contre des injustices sont présents. Un stand de consultation gratuit "d'avocats debouts" est disponible.

De nombreux curieux sont présents et assistent à une variété d’interpellations de "community organizer" (spécialistes de la création de groupe communautaire à partir de cas singuliers, ou d'injustice flagrante), d'associatifs, de cercle de poésie qui vous tend une ode au mouvement dans les mains, puis un mégaphone, et vous propose de clamer un texte libérateur. Le rôle du théâtre forum est aussi souligné. Toutes les formes de luttes sociales sont expérimentées à ciel ouvert.

Un fait est marquant, il est incroyable que les professeurs d'université et enseignants se plaignent du manque d'intérêt de leurs élèves dans leurs amphis et d'observer la vitalité des débats sur internet mais aussi sur la place. Cet espace de débat qui est confisqué par les sachants, les politiques, les experts et les élites dans lesquels ne se reconnaissent pas ces jeunes adultes qui dénoncent l'écart entre les bonnes paroles : "C'est mal de ne pas payer ses impôts quand on est une multinationale", et les lâchetés des députés qui refusent d'aller jusqu'au bout lorsqu'il s'agit de faire passer un texte de loi contraignant pour ces entreprises indélicates.

Certains pronostiquent la mort du mouvement par violence mal contenue, étouffement et manque de propositions ou d’élargissement à une base sociale plus large, peut être devraient-ils relire leur classique. En effet, s'il existe une psychologie des foules, avec ses faces sombres, ses meneurs qui sont influents parce que plus présents mais qui n'ont pas forcément les bonnes idées (voir Gustave Le Bon), il existe aussi une sagesse des foules (voir Surowiecki) dont peut sortir des décisions sages, la désignation des représentants du peuple par tirage au sort par exemple.

C'est donc avec beaucoup de sympathie que l'on peut dire à toute cette vigoureuse jeunesse de continuer à débattre et à se structurer et à être force de proposition, à associer plus largement en leur disant néanmoins que l'exclusion de l'autre et la violence qu'ils condamnent vaut aussi pour eux. Les associations "convergence des luttes" ou le journal satirique "Fakir" qui soutiennent le mouvement devraient surement aller dans ce sens (les conseils sont exécrés de Nuit Debout, mais, la violence ne mène à rien de bon).

Pour conclure, et en clin d’œil, on peut s'interroger sur la façon dont le gouvernement Français chargé d'organiser le sommet "d'open gouv" de décembre 2016 va se saisir de cette belle énergie, de ces méthodes participatives, citoyennes et directes pour faire ses propositions. L'objet du sommet mondial étant de s'attacher à "promouvoir la transparence de l’action publique et son ouverture à de nouvelles formes de concertation, de participation et de collaborations avec la société civile". A moins qu'il ne décide sans les citoyens de proposer des actions citoyennes.

Maintenant que nous sommes rassemblés ça va mieux

Slogan Nuit Debout

Nuit debout, l'apprentissage de la démocratie continue
Nuit debout, l'apprentissage de la démocratie continue
Nuit debout, l'apprentissage de la démocratie continue
Nuit debout, l'apprentissage de la démocratie continue
Nuit debout, l'apprentissage de la démocratie continue
Nuit debout, l'apprentissage de la démocratie continue
Nuit debout, l'apprentissage de la démocratie continue
Nuit debout, l'apprentissage de la démocratie continue
Nuit debout, l'apprentissage de la démocratie continue
Nuit debout, l'apprentissage de la démocratie continue
Nuit debout, l'apprentissage de la démocratie continue
Nuit debout, l'apprentissage de la démocratie continue

Commenter cet article

Cristol 23/04/2016 13:05

Merci Stéphane je suis allé sur place et j'ai discuté avec les participants pour comprendre. Jessaye de rendre compte de ce que je vois et ce que je sens

Stéphane H 23/04/2016 11:44

Merci Denis pour ce reportage-édito qui donne davantage de clés de compréhension sur Nuit Debout que les pourtant si nombreux articles papier ou télé des canaux d'information "classiques".