Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Il est toujours utile de jeter un oeil de l'autre côté de l'atlantique pour voir comment nos amis québecois apprennent et enseignent. On y trouve à coup sûr des idées vivifiantes. A cet égard la fonction publique québecoise est une mine d'or.

L'enjeu actuel pour les fonctionnaires est le développement des leaders. Le leadership est une notion ancienne, adoptée dans le monde francophone au moins depuis un siècle et repéré dans le test sur le Quotient Intellectuel (QI) mis au point par Alfred Binet. Alors qu'il n'est pas rare de trouver des rayons entiers sur ce thème dans le monde anglo-saxon, le leadership apparaît comme le parent pauvre en France. Tout semble rester figé sur l'idée (fausse) du héros solitaire, chevalier des temps modernes naturellement doué.

Cette idée arrange nombre de dirigeants qui se forment peu, échangent entre eux et font perdurer un stéréotype qui enracine toujours plus le management vertical caractéristique des entreprises et organisations Françaises.

Pourtant le leadership s'enseigne et s'apprend, difficilement et de façon aléatoire car il n'existe pas de voie rapide ou de recette miracle. Une école comme l'ENAP (Ecole Nationale d'Administration Publique) qui forme des fonctionnaires au Québec propose des programmes basés sur des référentiels d'activités repères.

Ces programmes s'étalent dans la durée (2 ans) et accompagnent la maturation d'une posture et le fleurissement de compétences sociales, relationnelles en vue de donner aux administrations des "leaders transformationnels". Ces programmes sont destinés à tous les nouveaux cadres nommés. Ils combinent de nombreux éléments tels que :

- passage de tests préalables et rétroaction aux tests

- repérage du style individuel d'apprentissage

- construction d'un plan individuel de développement

- apports et entraînements relatifs au référentiel d'activité

- passage d'un test à 360°

- réflexion éthique

- module sur les thèmes des "habiletés politiques" "l'agilité et le courage managérial", "la mobilisation des personnes", "la communication persuasive et efficace" ou encore "la conduite du changement", "sens du service public et vision inspirante"

- la participation à un groupe de co-développement tout au long du processus

La dynamique de groupe est un atout fort et les projets individuels d'intégration un fil rouge. L'équipe pédagogique comprend des formateurs, des évaluateurs, un coordonnateur mais aussi un coach.

Pour aller plus loin voir :

- les travaux de Laurent Lapierre professeur de leadership à HEC Montréal

- la trousse à outil du leadership et de l'apprentissage de Bob Chartier

Un aperçu de l'approche de Laurent Lapierre

Le développement des gestionnaire-leader québecquois
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article