Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

L'habitude de diriger les autres, de le faire selon les mêmes critères selon des références immémoriales cède à l'usage que prennent les individus de s'informer par eux-mêmes de se forger leur propre opinion et d'exprimer leur besoin, envie et désir de donner et de contribuer à leur juste place. Quand l'information pullule il est plus difficile d'en faire un instrument de domination. Le rapport au pouvoir évolue de même que la fabrication des légitimités. Il ne suffit plus de savoir ou de vouloir plus que les autres pour diriger, il s'agit de savoir avec et pour les autres, de vouloir avec et pour les autres. Savoir et vouloir avec et pour les autres c'est faire œuvre de renforcement de liberté.

L'expression de la liberté connait des facteurs de blocages au titre desquels il est possible de citer :

- l'écart entre droit (la construction intellectuelle, sociale et juridique) et capabilité (la possibilité réelle de l'exercice de la liberté et de l'activation du droit)

- la pression sociale de la régulation de conformité

- les difficultés émotionnelles d'exprimer des différences (faiblesse de notre éducation à l'altérité)

- le manque de repères et exemples de voies de libertés différentes dans un discours ultra dominant

- la violence à peine cachée de l'expression des intérêts capitalistiques

- la trajectoire des dirigeants "nés pour commander", qui consolident leur liberté, jamais celle du collectif

- la pauvreté de l'enseignement des usages collaboratifs

- la construction des replis sur soi

- la peur entretenue d'être libre et d'assumer des risques et des erreurs

- une culture qui promeut l'assentiment

- la peur du dialogue et du conflit

- le refus d'apprendre à faire avec la différence

- les croyances limitantes

Il existe pourtant des facteurs de conversion à la liberté tels que :

- le développement de la confiance en soi et la célébration des succès engagés

- le recalage de soi à la vie

- le passage de l'ego à l'éco : la force de la nature

- l'apprentissage collaboratif : éprouver la liberté de l'autre co-agir

- se mettre en mouvement, agir, faire un premier pas

- diminuer l'auto-pression

- méditer plutôt que ruminer pour apprendre à réorienter son énergie

Cette liberté pour être effectivement revaloriser nécessite de nouvelles formes de leadership démocratique qui fasse passer l'intérêt collectif avant son intérêt propre, l'intérêt de l'environnement avant le seul profit, le bénéfice général avant l'intérêt individuel. Ce leadership est moins réservé à une minorité d'individus prédestinés qu'à toutes les personnes qui se centrent sur les autres et les causes collectives. C'est à dire qu'elle est accessible à chacun.

Hommes libres dans des entreprises libérées

Commenter cet article