Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

 

 

 

 

Philippe Korda est consultant. Il s’intéresse à la stratégie et à la formation. Son ouvrage porte sur l’idée que la formation se réinvente aujourd’hui et devient stratégique. Le fil conducteur de l’auteur consiste à répondre à des questions qu’il se pose. Qu’est ce qu’une stratégie et comment rencontre t-elle la formation ? Comment devient-on un expert ? Comment les individus apprennent ? Pourquoi la révolution communautaire et le web 2.0 transforment les façons d’apprendre ? Pourquoi les mythes du formateur ou du groupe s’effondrent ? Comment mesurer le retour sur investissement ?

A la première question l’auteur donne un rôle de moyen à la formation. La formation est le moyen d’atteindre des finalités et d’accélérer les transformations de l’entreprise. Mais telle qu’il l’a décrit il montre que les formes plus répandues sont inadaptées et largement inefficace.  A la question qu’il se pose sur l’expertise, Philippe Korda, montre que celle-ci est le fruit d’un entraînement systématique et de nombreuses heures d’apprentissage plutôt que seulement le fruit d’un talent naturel. Le sur-apprentissage qui consiste à apprendre plusieurs fois la même chose mais à des périodes distantes s’avère payant à en croire des études menées sur les pratiques de l’US Navy. Le deliberate practice, entraînement quotidien, apparaît alors comme un moyen d’améliorer significativement les résultats d’apprentissage. L’auteur invite en permanence au renforcement des points forts et à l’utilisation des opportunités offertes par la culture d’entreprise et l’organisation pour apprendre. Il revient sur les différentes formes d’intelligences, l’importance de l’auto-efficacité ou du facteur chance. Il témoigne des différences culturelles et de l’importance de toucher le plus grand nombre en racontant des histoires, en jouant, ou en faisant vivre des expériences. Korda accorde une importance centrale à la révolution communautaire et au web 2.0. Il montre comment des organisations plus horizontales parviennent à faire émerger des initiatives stratégiques. Il montre encore comment le social learning réinvente la formation. L’apprentissage au sein de communauté pour déployer le projet stratégique de l’entreprise se révèle un levier puissant de transformation de l’organisation et des manières de la développer. Si les outils offerts par le web 2.0 sont efficaces, ils ne dispensent pas de savoir pourquoi l’entreprise doit se transformer.

Cet ouvrage est tout à fait passionnant et mérite d’être lu deux fois. Une fois parce que les questions posées sont d’une brulante actualité. Une deuxième fois parce que les exemples proposés sont percutants et ouvrent à d’autres possibilités. Dans sa question sur la fin des mythes, on regrettera quelques partis pris un peu rapides comme la fin du groupe ou du formateur. Si ces deux ingrédients de l’alchimie formative sont effectivement en pleine métamorphose, ils sont loin d’être morts. Les groupes ne sont pas que des catalyseurs de connaissances et des révélateurs de comportements, ils sont surtout des espaces d’émotions partagées facilitant l’apprentissage. Ils sont encore des moments de construction identitaire.  Limiter le groupe à sa fonction cognitive est une erreur. Par contre l’auteur a bien raison d’affirmer que leur emploi systématique à tout propos est bel bien déclinant. Il a bien raison d’affirmer que le formateur  change de rôle devient plus coach et moins transmetteur. Mais ce raisonnement a aussi des limites. Imaginez un pilote d’avion apprenant son métier par la seule maïeutique avec un coach bienveillant mais laissant faire l’apprenant. Dans certains cas la posture de l’instructeur reste préférable. La conclusion nous invite à la créativité et à la prise en main de la formation et du développement des hommes comme véritable moyen de développement des entreprises.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Philippe Korda 23/10/2011 15:53


Merci pour cette lecture attentive de mon bouquin. J'accepte bien volontiers la remarque critique sur les "partis pris un peu rapides" : j'ai parfois forcé un peu le trait pour marquer les esprits
!
Bonne continuation.


CRISTOL DENIS 23/10/2011 20:46



Il s'agit d'une petite remarque le bouquin est excellent!