Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Pour un observateur extérieur, tel que moi, le Québec se caractérise par la prégnance du fait communautaire, la mixité des populations. L’un des premiers partis politiques dispose dans l’article 1 de sa constitution la volonté d’indépendance par rapport au Canada. L’histoire du Québec est vieille de plus de 350 ans. Elle est marquée par la conquête de territoires, la confrontation à l’autre et la prise d’espaces de communautés les unes par rapport aux autres. Les communautés indiennes des « peuples premiers », les premières communautés d’immigrants européens (Français, Écossais, Anglais etc), puis les vagues récentes d’immigration (économique ou estudiantine) posent la question des façons de vivre ensemble et de faire société. Ce substrat communautaire, cette vision du vivre ensemble est peut-être propice à une démultiplication des formes de réunion et d’apprentissage. L’hypothèse que je formule est qu’il y a un lien étroit entre le politique et les formes éducatives. Autrement dit, et de façon peut être raccourcie, « expliques-moi comment se déroule l’enseignement chez toi, je te dirai quel peuple tu es ». En tant que terre d’immigration le Québec est confronté à la question des repères communs, de la langue de travail, de l’altérité. Il doit gérer son passé colonial (par exemple les pensionnats pour les indiens, les processus de déculturation), son présent (l’accueil de nouveaux migrants) et son futur (le maintien d’une identité notamment linguistique, l’ouverture sur le monde). Ce contexte culturel explique certainement une variété de pratiques éducatives. Peut-être est-il favorable à une vigoureuse innovation pédagogique ?

En effet, l’enquête que je mène dans le milieu de l’éducation au Québec, fait ressortir une variété de pratique d’apprentissage collectif, par le collectif, avec le collectif. Les apprentissages se déroulent au sein d’ensembles humains prenant une multitude de désignations. Chaque dénomination, associe des pratiques différentes, faisant varier l’expression de l’intention, de la posture du formateur/facilitateur/guide/mentor/tuteur/coach/expert, de la place de la technologie, des façons de co-élaborer les connaissances, des modalités privilégiées de transmission, du rôle des espaces, de la taille des collectifs (de 2 à plusieurs centaines), de la souplesse ou codification des protocoles, de la dimension formelle ou informelle. Je relève une multitude de pratiques ou le collectif joue un rôle clé telles que:

  1. Groupe de co-développement
  2. Groupe d’échange de pratiques
  3. Groupe-classe
  4. Petit groupe
  5. Groupe de parole
  6. Groupe de pairs
  7. Groupe projet
  8. Cercle de legs
  9. Cercle de dialogue
  10. Cercle de confiance
  11. Cercle d’étude
  12. Communauté d'apprentissage
  13. Communauté virtuelle d’apprentissage
  14. Communautés de pratiques
  15. Communauté de clients
  16. Communauté de créateurs
  17. Communauté digitale
  18. Living lab (laboratoire vivant)
  19. Action-learning
  20. Classes inversées en petites équipes
  21. Cohortes d’étudiants
  22. Knowledge forum
  23. Team building
  24. Equipe naturelle de travail
  25. Réseau (en ligne ou pas)
  26. Webinar
  27. Classe virtuelle
  28. Organisation apprenante
  29. Dyade
  30. Jumelage
  31. Tutorat
  32. Mentorat
  33. Compagnonnage
  34. Etc .

Il y a un accueil naturel des pratiques en provenance d’Europe ou des Etats-Unis (45minutes d'avion). Toutes ces modalités listées renvoient à l’idée d’apprendre à plusieurs. Toutes ses modalités s’entremêlent et se combinent au gré des pédagogies engagées qui ne se limitent pas à appliquer une méthode. Le talent des pédagogues est de concevoir des écosystèmes d’apprentissages au sein desquelles les interactions sont profitables à tous. Tout se passe comme si les modalités pédagogiques autorisaient des appartenances multiples à des formes collectives ou de groupes variés. La construction du sentiment d’appartenance parait plus inclusive dans un vaste ensemble culturel qu’exclusive à un micro segment. Peut-être est-ce pour cette capacité d’accueil que le Québec attire une telle masse d’individus ?

Découvrez 30 pratiques d'apprentissage en groupeDécouvrez 30 pratiques d'apprentissage en groupe
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michel Desjardins 11/04/2015 16:14

Bonjour Denis
Bravo pour le recensement de différentes méthodes d'apprentissage entre pairs. J'aime bien les réflexions que tu fais sur les caractéristiques culturelles québécoises qui existent ici, vu par un cousin Français. Je vais faire circuler dans notre réseau Québécois ton blog.
Michel Desjardins, président de l'Association Québécoise du Codéveloppement Professionnel (AQCP)

cristol 11/04/2015 16:26

Merci Michel et bravo pour tout ce que tu apportes à la pédagogie et au codéveloppement