Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CRISTOL DENIS

Le narrateur apporte le témoignage d’une carrière jugée riche et exemplaire. Le propos porte sur plusieurs niveaux : à la fois comme le legs d’un manager expérimenté, comme un exemple et enfin un projet social à destination des managers et des entreprises. Plusieurs thèmes s’entrelacent qui débordent largement l’apprentissage des méthodes, des outils ou des postures du manager : celui de la vocation, celui du lien et celui de la société. Ces trois thèmes donnent tout son sens à une vie professionnelle.

La vocation semble naître dés l’enfance. « J’ai été élevé vraisemblablement devant être respectueux des problèmes de l’autre ». Plusieurs anecdotes sont relevées plus de trente ans en arrière « ça pousse les petites graines du social plutôt que du commercial ». La carrière et les responsabilités progressent au fur et à mesure que le chômage se répand. De bureau en antenne, d’antenne en direction, la prise de responsabilité et la confiance d’un directeur conforte une vocation. Le récit semble affirmer qu’il est possible d’agir sur le monde tout en prenant des responsabilités. Devenir responsable puis directeur constitue même un moyen d’infléchir son environnement, de se rebeller utilement. Cet apprentissage passe par un effort de formation à faire porter sur soi « je me suis laisser éclore, je me suis un peu écarté de l’unité une semaine par mois ». L’investissement formation ne discontinuera pas jusqu’à l’affirmation de l’autodidacte : »je me suis formé parce que j’ai compris que ce n’est pas uniquement l’entreprise qui va me ressourcer ».

Le thème du lien part lui aussi du noyau familial. L’éducation et les valeurs sociales sont rappelées dans  leur rôle éminent. Le service militaire, les activités sociales et sportives, sont autant de moments pour éprouver ses aptitudes et prédispositions de chef, et de pédagogue « quand vous avez une taille, je mesure 1,9 m ça fait que disons ça en impose, ça préfigure quelque chose ». La vision des liens qui se déploient au fur et à mesure intègre des mondes éloignés. D’abord l’équipe qui « forme les retenues du manager », puis le monde des juristes, des comités de direction, des formateurs, des coachs et des réseaux qui élargissent les perspectives. In fine « le manager a vraisemblablement plus de facilité à travers ses activités pour pouvoir faire raccorder les choses ». Manager c’est offrir quelque chose de plus large que simplement « s’enrichir en fin de mois avec du fric ».

Le thème de l’environnement social et de la société sont les motifs sous-jacents du discours. Plus la carrière grandie plus le champ des intérêts sociaux croît. Jusqu’à ce qu’un projet de création d’association intermédiaire en faveur de Rmistes voit le jour et couronne le parcours. La posture de créateur et de dirigeant résonne comme la fin de la quête. A moins qu’une nouvelle utopie ne relance les ambitions juvéniles « je ne l’ai jamais vu aujourd’hui un manager qui à travers les philosophes en général arrive à donner un sens, c’est quelque chose que je voudrai faire. »

Le narrateur en vient à une conclusion ce n’est pas seulement le manager qui se fabrique mais toute une vie qui prend sens au regard d’une expérience personnelle et professionnelle.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article